Larry Summers se retire de la course à la présidence de la Fed

Larry Summers a créé la surprise en se retirant dimanche de la course à la présidence de la Banque centrale américaine. L'ancien secrétaire américain au Trésor a plié sous les critiques, laissant la porte ouverte à la nomination de Janet Yellen, qui serait la première femme à ce poste.

Dans une lettre datée de dimanche sur papier à en-tête de l'université d'Harvard et adressée à Barack Obama, l'ancien président de la prestigieuse université écrit au président: "c'est à mon grand regret que j'ai compris que mon éventuel processus de confirmation (ndlr: devant le Congrès) serait acrimonieux et ne servirait ni l'intérêt de la Réserve fédérale, ni celui du gouvernement ni même ceux de la reprise économique de notre nation".

"J'ai parlé avec Larry Summers et j'ai accepté sa décision de retirer son nom de la candidature à la présidence de la Réserve fédérale", a indiqué pour sa part Barack Obama dans un communiqué.

"Larry était un membre clé de mon équipe au moment où nous faisions face à la pire crise économique depuis la Grande Dépression, et c'est pour une part non négligeable grâce à sa compétence, sa sagesse et ses qualités de dirigeant que nous avons remis l'économie sur la voie de la croissance et réalisé les progrès que nous constatons aujourd'hui", a ajouté le président Obama.

Lawrence Summers, 58 ans, a été principal conseiller économique du président Obama pendant sa campagne électorale et ses deux premières années à la Maison Blanche. Il était vu comme le candidat favori de la Maison Blanche face à Janet Yellen, 66 ans, l'actuelle numéro deux de la Banque centrale, pour succéder à Ben Bernanke à la tête de la Fed.

Caractère abrupt

Mais l'économiste réputé, dont on vante l'intelligence mais dont on craint le caractère abrupt, avait suscité de vives critiques et l'opposition d'élus.

Ce retrait de Larry Summers laisse en toute logique la porte ouverte à la nomination par Barack Obama d'une femme pour la première fois, à la tête de la Réserve fédérale américaine, souvent considéré comme le deuxième poste de dirigeant le plus puissant aux Etats-Unis.

/SERVICE


Actualisé le