Le Portugal choisit une "sortie propre" du plan de sauvetage

Le Portugal a opté en accord avec ses partenaires européens pour une sortie "propre" de son plan de sauvetage de 78 milliards d'euros (95 milliards de francs), a annoncé le Premier ministre Pedro Passos Coelho. Lisbonne ne va donc pas solliciter de ligne de crédit de précaution.

Le Portugal n'aura ainsi plus à répondre de ses orientations financières devant ses créditeurs - la "troïka" composée de l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) -, passée la date du 17 mai. La décision sera annoncée formellement lundi lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

"Le gouvernement a décidé de sortir du programme d'assistance internationale sans recourir à un quelconque programme de précaution", a déclaré Pedro Passos Coelho dimanche lors d'une allocution télévisée. En choisissant de ne pas en solliciter, le Portugal suit l'exemple de l'Irlande, premier pays de la zone euro à être sorti "proprement" d'un plan d'aide international, en décembre.

Lisbonne avait dit vendredi avoir satisfait aux évaluations prévues lors du renflouement opéré par la troïka à la mi-2011, en pleine crise de la dette en zone euro. Le gouvernement a pris des mesures d'austérité rigoureuses et mené de profondes réformes économiques suivant le plan convenu, réduisant notamment les traitements de la fonction publique et pratiquant une hausse des impôts sans précédent.

Le Portugal a renoué avec la croissance en 2013 et ses rendements obligataires ont diminué fortement cette année, ce qui lui permet de sortir du plan d'aide dans des conditions favorables.

"De bon augure"

La Commission européenne a assuré le pays de son soutien après l'annonce de sa sortie du plan de sauvetage. "La Commission européenne prend note de cette décision et, comme dit auparavant, soutient les autorités et le peuple portugais dans leur choix souverain", déclare Siim Kallas, vice-président de l'exécutif européen, dans un communiqué.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a pour sa part salué les efforts qui ont permis cette sortie propre. "Les autorités portugaises ont posé les bases d'une politique à même de résoudre les problèmes structurels du pays", a-t-elle dit dans un communiqué. "C'est de bon augure au moment où le Portugal sort du programme soutenu par l'UE et le FMI."

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes