Le Premier ministre irakien balaye l'idée d'un cabinet d'urgence

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a balayé mercredi l'idée d'un gouvernement national d'urgence souhaité par les capitales occidentales. Pendant ce temps dans l'Ouest du pays, les jihadistes ont ouvert une voie vers la Syrie à la faveur d'une entente locale avec Al-Qaïda.

En s'emparant du poste-frontière de Boukamal, pendant syrien du poste-frontière d'Al-Qaïm qu'ils contrôlent déjà, les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) s'ouvrent une voie vers la Syrie et avancent dans leur objectif de créer un Etat islamique dans une zone à cheval entre la Syrie et l'Irak, pays au bord de l'implosion depuis le lancement de leur offensive le 9 juin.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), cet acte d'allégeance entre ancien rivaux, "cette allégeance créera des tensions avec les autres groupes rebelles, y compris les islamistes". Ceux-ci sont en effet souvent excédés par les exactions de l'EIIL, dont la réputation d'ultra-violence a été confirmée cette semaine par la diffusion de photos publiées sur internet et montrant des dizaines de corps de soldats irakiens, selon le groupe.

Gouvernement d'urgence exclu

Au même moment à Bagdad, le Premier ministre Nouri al-Maliki a exclu la formation d'un gouvernement national d'urgence, malgré les pressions en ce sens de ses alliés occidentaux, au premier rang desquels les Etats-Unis.

Les profondes divergences qui minaient le pays bien avant l'offensive jihadiste empêchent depuis les élections d'avril, où le bloc de M. Maliki est arrivé en tête, la formation d'un nouveau gouvernement.

"Comme tout le monde le sait, il s'agit d'un moment très critique pour l'Irak, et la formation d'un gouvernement est notre principal défi", avait affirmé le secrétaire d'Etat américain John Kerry mardi.

Sur le terrain, alors que des combats se sont déroulés toute la journée aux abords de la principale raffinerie d'Irak à Baïji, dans le Nord, deux lieux de culte chiites ont été bombardés mercredi au nord de Mossoul, selon un responsable et des témoins.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus