Le président d'UBS Belgique inculpé pour blanchiment et fraude

Le patron de la filiale belge de la banque suisse UBS a été inculpé, a annoncé le parquet fédéral dans un communiqué. Accusé notamment de blanchiment et fraude fiscale, il a été entendu pendant plusieurs heures par un juge d'instruction à Bruxelles.

Marcel Brühwiler a été inculpé d'"organisation criminelle, blanchiment, exercice illégal de la profession d'intermédiaire financier en Belgique et fraude fiscale grave organisée", précise le parquet.

La filiale belge d'UBS aurait approché, au cours des dix dernières années, des contribuables belges fortunés pour leur proposer l'ouverture de comptes non déclarés en Suisse.

Perquisitions

Le parquet de Bruxelles a ouvert il y a environ trois mois une enquête sur les pratiques de la banque. "Les premiers éléments mettent en évidence une probable fuite organisée de grandes sommes d'argent afin que celles-ci échappent à l'imposition en Belgique", explique la porte-parole du parquet de Bruxelles Ine Van Wymersch.

"Ces éléments ont été mis au jour grâce à des déclarations très détaillées de 'compliance officers' (des employés de la banque devant s'assurer que tout se déroule légalement, ndlr) qui avaient soit quitté la banque ou bien qui en avaient été licenciés. Ces personnes ne pouvaient plus tolérer les pratiques frauduleuses qu'elles ont dénoncées."

L'enquête de ces derniers mois a abouti à plusieurs perquisitions menées dans la filiale de la banque mais aussi chez un client bien défini et chez M. Bruehwiler.

"Totale coopération"

L'établissement a fait savoir qu'il coopérait totalement avec les autorités belges. "UBS ne tolère aucune activité visant à aider ses clients à circonvenir leurs obligations fiscales", a déclaré un porte-parole à l'ats.

L'enquête intervient alors que fin mai, un ex-banquier suisse d'UBS a été condamné aux Etats-Unis à cinq ans de prison avec sursis pour avoir aidé de riches Américains à échapper à l'impôt en ouvrant des comptes en Suisse. Plusieurs autres anciens cadres d'UBS sont également visés par des enquêtes aux Etats-Unis.

En février 2009, la banque elle-même a dû verser 780 millions de dollars aux autorités américaines et leur livrer le nom de plusieurs milliers de ses clients soupçonnés d'avoir fraudé le fisc. UBS est par ailleurs poursuivie en France pour démarchage illicite de clients. Elle est également accusée de complicité d'évasion fiscale par le fisc allemand.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes