Le président d'UBS demande une solution globale avec l'UE

Le président du conseil d'administration d'UBS Axel Weber demande une résolution globale du conflit avec l'Union européenne (UE). Il pourrait être intéressant d'accepter un échange automatique d'informations à condition d'obtenir en contrepartie un accès aux marchés financiers et de passer l'éponge sur le passé.

Pour continuer à être prospère, la Suisse a besoin d'un accès aux principaux marchés financiers, à savoir les Etats-Unis, l'UE et les plus importants marchés asiatiques, déclare Axel Weber dans une interview au site internet du journal bi-hebdomadaire zurichois "Finanz und Wirtschaft".

Les législations européenne et américaine sur la réglementation financière instaurent des barrières qui rendent cet accès difficile. Il faut aussi un instrument qui résout le problème de l'argent non déclaré par le passé et un tel instrument est nécessaire pour l'avenir.

Tout le monde a une autre idée de l'échange automatique d'informations, affirme le président d'UBS. Les possibilités pour l'avenir vont de l'impôt à la source à diverses formes d'échange d'informations.

L'UE n'accepte plus l'imposition à la source, raison pour laquelle elle va entrer en négociation avec la Suisse sur un échange automatique d'informations. Berne doit viser une solution globale, c'est décisif, selon Axel Weber.

La Suisse devra négocier aussi bien avec l'UE qu'avec les différents pays européens, puisque les Etats disposent de la souveraineté en matière fiscale, ainsi qu'avec l'OCDE.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus