Le secteur électrique menacé d'être exclu du marché de l'UE

Après la suspension mardi des négociations de l'accord sur l'électricité avec l'UE, le directeur de l'Office fédéral de l'énergie Walter Steinmann prévoit des difficultés pour les entreprises suisses dès l'an prochain. Le secteur risque de perdre l'accès au marché commun.

L'office n'a pas de plan B, a déclaré M. Steinmann dans une interview publiée mercredi par la "Neue Zürcher Zeitung". Il faut maintenant attendre, ajoute-t-il. Conclure un partenariat avec les pays voisins constituerait une possibilité. Toutefois "à ce niveau, il est plus facile de réaliser une nouvelle ligne électrique transfrontalière", dit-il.

Crainte d'être exclu du marché

Dans le domaine du commerce, le degré d'intégration de la Suisse demeurera central. La principale crainte concerne une éventuelle exclusion du couplage des marchés dont l'entrée en vigueur est prévue dès 2015.

Ce processus vise à réunir les différents marchés régionaux et nationaux en une entité unique, harmonisée. Il permettra une mise aux enchères parallèles de l'énergie et des infrastructures.

Des obstacles administratifs pourraient également apparaître, estime Walter Steinmann. "Mais c'est un lent décrochage du marché européen qui est le plus à redouter". Car les nouvelles centrales de pompage suisses ne pourraient pas exploiter pleinement leur potentiel économique.

Mais la Suisse dispose aussi d'atouts. "A long terme, l'UE ne pourra pas se permettre de nous exclure. L'Italie par exemple exporte en hiver du courant vers le sud de l'Allemagne, via la Suisse."

Esprit de compromis a manqué

Selon M. Steinmann, cet accord sur l'électricité aurait pu être mis sous toit plus tôt, et donc bien avant la votation sur l'initiative contre l'immigration de masse de l'UDC. Les négociations ont débuté en 2007.

Les entreprises électriques auraient dû toutefois faire preuve de davantage d'esprit de compromis, tout comme leurs propriétaires, les cantons, poursuit le directeur de l'OFEN.

/ATS


Actualisé le