Le taux de logements vacants en Suisse s'est légèrement amélioré

Le taux de logements vacants en Suisse s'est légèrement amélioré. Le coefficient de logements inoccupés atteignait au 1er juin 0,96% du parc disponible, contre 0,94% un an plus tôt.

Selon les chiffres dévoilés par l'Office fédéral de la statistique (OFS), 40'010 logements étaient vacants en Suisse. Leur nombre a surtout progressé dans la région lémanique, en Suisse orientale et à Zurich. En revanche, l'Espace Mittelland présente la plus forte baisse.

Le taux de logements disponibles a augmenté dans 14 cantons. Nidwald enregistre la hausse la plus marquée, passant de 1,57% à 2,37%. A l'inverse, Neuchâtel affiche la baisse la plus forte, avec une détérioration de 1,18% à 0,82%.

Pénurie à Bâle, Zoug et Genève

La pénurie de logements disponibles est la plus prononcée dans les cantons de Bâle-Ville (0,33%), de Zoug (0,35%), de Genève (0,36%) et de Bâle-Campagne (0,37%).

Ailleurs en Suisse romande, Vaud affiche un taux de logements vacants représentant 0,61% du parc disponible, Fribourg de 0,66% et le Valais de 1,30%. La situation est plus détendue dans le Jura avec une proportion de 2,01%. Zurich présente pour sa part un coefficient de 0,60% et Berne de 1,23%.

Par rapport à la même période de 2012, le nombre de logements vacants a progressé dans toutes les catégories, note l'OFS. Les logements d'au moins six pièces présentent la plus forte augmentation (8,8%). La plupart des logements inoccupés sont des trois (11'900 unités) ou quatre pièces (12'040).

/SERVICE


Actualisé le