Légère détente pour le logement locatif en 2012

Le marché suisse du logement a évolué l'an dernier de façon contrastée. La demande pour les logements en propriété a battu des records, alors que le secteur locatif a enregistré une légère détente.

Au final, la pénurie de logements s'est légèrement aggravée, ressort-il d'une étude publiée jeudi par l'Office fédéral du logement (OFL) et réalisée par la Haute école zurichoise en sciences appliquées (ZHAW) en collaboration avec la société Meta-Sys.

La situation présente de fortes disparités selon les régions et les segments de marché. Pour la première fois depuis 2005, année où débute l'étude, la Suisse romande a profité d'une accalmie. Reste que cette détente ne se répercute pas encore sur les prix, qui suivent une hausse moyenne quasi similaire à celle de l'année précédente.

Hausse des prix

L'augmentation a une nouvelle fois été la plus forte en Suisse occidentale (Genève, Vaud et Valais) l'an dernier, où les prix sur le marché du logement ont progressé de 5,5%. La hausse se chiffre à 35,5% depuis 2005. La tension reste également forte dans les régions de Zurich et Zoug.

Le marché immobilier romand reflète une différence grandissante entre le segment locatif et celui de la propriété. Le marché de la location se desserre, alors que la pénurie en matière de propriété se maintient quasiment au même niveau, relève l'étude.

La Suisse occidentale continue d'afficher une forte hausse des loyers avec une progression de 6,4% en 2012, contre 3,1% à l'échelon national. Le point culminant est atteint dans les agglomérations de Genève et de Lausanne.

Dispersion géographique

La tension diminue cependant. Le secteur de la propriété a servi en 2012 de bassin de récupération au marché du locatif, mais au prix d'une dispersion géographique toujours plus étendue, note l'étude. Concernant le logement en propriété, les prix en Suisse occidentale ont augmenté (+3,5%), mais de manière inférieure à la moyenne suisse (+4,2%).

Au niveau national, l'OFL souligne que, tant que l'immigration se poursuit à ce rythme, le relâchement des segments inférieurs et moyens du marché locatif prendra du temps. Le marché locatif des deux pôles que sont Zurich et l'Arc lémanique ne sont pas près de s'équilibrer, conclut l'étude.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes