Les auditeurs radio restent fidèles à leur station

Légèrement plus de Romands ont écouté la radio pendant le premier semestre 2013 que l'année précédente. Ils se sont en revanche connectés au poste un peu moins longtemps. Leur fidélité à leur station de prédilection n'a sinon pas faibli.

Un total de 85,8% des Romands âgés de quinze ans et plus a écouté la radio, soit 1,1% de plus que la pénétration moyenne de l'année dernière. Ils ont suivi les programmes 105 minutes par jour en moyenne, contre 109,3 minutes en 2012, écrivent vendredi Publica Data et Mediapulse.

Les émetteurs romands de la SSR ont enregistré un nouveau recul de leur part de marché: 65,8% au premier semestre 2013 contre 66,3% l'an passé. Mais ils occupent toujours la tête du peloton. RTS La Première arrive en premier (38,4%), devant Option Musique (8,4%) et Couleur 3 (7,4%).

Les radios privées sont parvenues à étendre légèrement leur part de marché, passant de 23,5% en 2012 à 23,8%. BNJ FM (4,5%), LFM (3,7%) et Rouge FM (3%) composent le podium.

SSR à la peine partout

Outre-Sarine, la part de marché des chaînes alémaniques de la SSR a enregistré une légère baisse par rapport à la même période de l'an dernier, passant de 65,5 à 64,9%. SRF1 arrive en tête avec 32,7% (-0,3 point), devant SRF3 avec 17,1% (-0,7).

La station zurichoise Radio 24 arrive en tête des radios privées avec une part de marché de 2,9% (-0,2). Elle devance Radio Argovia qui réalise 2,3% (-0,1). De manière générale, les Alémaniques écoutent davantage la radio que leurs compatriotes des autres régions linguistiques: ils sont 89,1%, âgés de plus de 15 ans, à allumer leur poste durant 123,7 minutes.

La SSR a également enregistré une baisse de sa part de marché en Suisse italienne, d'un peu plus d'un point par rapport à 2012. La pénétration dans cette région linguistique s'est montée à 88,4% (87,2%) et l'utilisation à 116,5 minutes (120,2).

La méthode de mesure utilisée a fait l'objet d'une légère modification au 1er janvier 2013. La comparaison avec les données de l'an passé conserve toutefois sa pertinence, selon un porte-parole de Mediapulse.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes