Logements: Credit Suisse pointe un risque de suroffre

La situation de suroffre sur le marché suisse des surfaces de bureaux pourrait frapper dans quelques trimestres celui des logements en location. Les taux bas permettent un important flux de capitaux et justifient une forte expansion des surfaces, selon le dernier moniteur immobilier de Credit Suisse.

L'immigration a jusqu'ici empêché un déséquilibre sur le marché des logements en location et évité que le nombre élevé de logements déjà en construction ne paraisse une menace, relèvent les économistes de Credit Suisse dans leur moniteur immobilier au 2e trimestre.

La mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse devrait toutefois faire fléchir à moyen terme la demande en espaces habitables, selon l'étude publiée jeudi.

Durant les douze derniers mois, 23'200 logements locatifs ont obtenu un permis de construire et arriveront sur le marché après un ou deux ans de travaux. Quelque 30'000 autres unités sont déjà en cours de construction. Selon Credit Suisse, "un fossé menace de s'ouvrir entre l'offre et la demande".

Une hausse des surfaces vacantes pourra difficilement être évitée même en cas d'un recul de l'activité de construction, avertissent les économistes du numéro deux bancaire helvétique.

Craintes pour les régions décentralisées

Selon eux, le spectre d'une suroffre devrait se concentrer sur des régions "décentralisées", parmi lesquelles l'Arc jurassien, le nord-ouest du Mittelland, le Valais et la Suisse centrale. L'attrait des grands centres devrait pour sa part perdurer.

La dynamique des prix des logements en propriété à usage propre continue par ailleurs de perdre du terrain. Au 1er trimestre 2014, les prix des transactions pour appartements en propriété n'ont augmenté que de 2,3% sur un an. La croissance est inférieure à celle des maisons individuelles (+2,4%) pour la première fois depuis 2000.

L'essoufflement est marqué dans les régions à prix élevés autour du lac Léman et du lac de Zurich, ainsi que dans des zones touristiques des Grisons et du Valais.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes