Loukachenko à Kiev, les négociations de paix piétinent en Ukraine

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a rencontré son homologue ukrainien dimanche à Kiev. Il a ainsi pris ses distances avec Moscou, alors que la préparation de négociations de paix sur le conflit en Ukraine piétine.

M. Loukachenko, bête noire des Occidentaux et allié de longue date de la Russie, s'est déclaré prêt à "tout faire" pour aider l'Ukraine à apaiser le meurtrier conflit armé dans l'Est rebelle, lors de sa rencontre avec son homologue pro-occidental Petro Porochenko.

Le conflit armé a déjà fait plus de 4700 morts depuis avril. Et il coûte à l'Ukraine 100 millions de hryvnias (6,2 millions de francs) par jour, a avancé samedi le président ukrainien devant le Conseil de sécurité nationale et de défense.

Le chef de l'Etat a annoncé que le pays, qui souffre d'une grave crise économique, allait consacrer 5% de son budget à la défense en 2015, contre moins de 1% cette année, et qu'il y aurait une série de mobilisations partielles l'année prochaine.

Dimanche, il a proposé à son homologue bélarusse de "soutenir" le développement des relations de Minsk avec les pays du Partenariat oriental de l'Union européenne, selon la présidence ukrainienne.

Craintes pour l'indépendance

La visite du président bélarusse à Kiev sera suivie lundi par celle de son homologue du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaev. Selon certains analystes, ces deux hommes, à la tête d'ex-républiques soviétiques voisines de la Russie, craignent pour leur indépendance depuis l'annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars et son soutien aux rebelles dans le conflit armé dans l'est de l'Ukraine.

Les deux présidents ont publiquement soutenu l'intégrité territoriale de l'Ukraine, au risque de déplaire à Moscou.

Flou autour de la paix

Un nouveau round de négociations entre Kiev et les rebelles était attendu ce dimanche à Minsk pour relancer le processus de paix, mais les protagonistes ne sont pas parvenus à confirmer cette date ni même à en avancer une autre.

Le principal point d'achoppement est la demande des séparatistes que Kiev reprenne le financement des régions séparatistes, une manne coupée à la mi-novembre. Kiev exige en revanche que soient annulés les résultats du vote séparatiste de novembre dans les deux républiques autoproclamées.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes