Nouveau coup de froid entre M. Xi et M. Abe au sommet de l'Apec

Le président chinois Xi Jinping a accueilli au nord de Pékin les dirigeants de l'Asie-Pacifique, pour la deuxième journée du sommet de l'Apec. Il a réservé une nouvelle poignée de main très froide au Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Alors que le numéro un chinois a échangé une poignée de main longue et chaleureuse avec les autres leaders, notamment le Premier ministre australien Tony Abbott, la présidente chilienne Michelle Bachelet ou le président américain Barack Obama, il a expédié celle avec M. Abe, déclenchant les rires des journalistes couvrant l'événement.

Après un premier jour conclu par un fastueux banquet dans le quartier olympique de Pékin, le sommet de l'Apec se poursuivait mardi dans un grand complexe récemment bâti au bord d'un lac de Huairou, district en périphérie de la capitale chinoise.

Le site comprend un hôtel de luxe de conception futuriste, en forme de disque vertical, un centre de conférence inspiré de l'architecture des dynasties Han et Tang, des villas de VIP, une tour pagode d'où l'on peut voir au loin la Grande Muraille, ainsi qu'un centre d'exposition et de congrès.

Rencontre glaciale

La première journée du sommet avait donné lieu à la première rencontre formelle entre Xi Jinping et Shinzo Abe, dans une ambiance glaciale. Les relations entre Pékin et Tokyo sont très dégradées, en raison d'un différend territorial et de vives dissensions de nature historique. Arrivés au pouvoir il y a environ deux ans, Shinzo Abe et Xi Jinping n'avaient jamais eu auparavant de sommet bilatéral.

La Maison Blanche a salué lors d'un point-presse en marge du sommet cette rencontre entre Xi Jinping et Shinzo Abe, jugeant qu'elle représentait une occasion de "réduire les tensions" entre les deux pays.

Discussions à relancer

Le Premier ministre japonais et la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, ont par ailleurs convenu de relancer les discussions entamées en avril pour améliorer les relations entre leurs deux pays, selon le ministère japonais des Affaires étrangères.

Les discussions de travail qui ont débuté en avril portent entre autres sur le sujet des "femmes de réconfort" - les Coréennes qui pendant la Deuxième Guerre mondiale étaient envoyées de force dans les lupanars de l'armée japonaise.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus