Nouvelle baisse du chiffre d'affaires pour IBM

IBM, le numéro un mondial des services informatiques, a communiqué un chiffre d'affaires en baisse, pour le septième trimestre d'affilée. Le groupe américain est pénalisé par une baisse de la demande pour ses services et son matériel informatique, ce qui fait reculer le cours de son titre dans les transactions électroniques.

Le chiffre d'affaires a diminué de 5% à 27,7 milliards de dollars sur le trimestre - un montant inférieur aux 28,25 milliards de dollars prévus dans le consensus Thomson Reuters I/B/E/S - et de 5% à 99,8 milliards sur l'année. La direction d'IBM a annoncé qu'elle allait renoncer à ses bonus pour l'année 2013, tirant les conséquences de ce recul qui a particulièrement déçu Wall Street.

"Même si nous avons fait des progrès solides dans des activités qui alimenteront notre avenir, vu les résultats annuels généraux de l'entreprise, mon équipe de direction et moi avons recommandé que nous renoncions à nos primes de performance annuelles pour 2013", a indiqué la PDG Ginni Rometty dans un communiqué.

Le bénéfice net du groupe a lui reculé de 1% sur l'ensemble de l'année dernière, à 16,5 milliards de dollars. Au quatrième trimestre, il a en revanche progressé de 6% à 6,2 milliards, contre 5,8 milliards un an auparavant.

Investissements ciblés

Les recettes tirées de la filiale de systèmes et de technologies d'IBM, qui comprend les serveurs et le matériel de stockage de données, a chuté de plus d'un quart à 4,26 milliards de dollars. Dans les services, sa principale activité, le chiffre d'affaires a reculé de 3,6% à 9,92 milliards.

Seule l'activité de logiciels a progressé, avec une hausse de 2,8% à 8,14 milliards de dollars. Le groupe dit s'attendre à un bénéfice annuel ajusté d'au moins 18 dollars par action contre 17,97 dollars prévus en moyenne par les analystes.

Cette année, "nous continuerons de transformer notre activité et d'investir énergiquement dans les domaines créateurs de croissance et de valeur", a encore commenté Mme Rometty.

Des médias américains ont évoqué ces derniers jours des discussions en vue d'une cession des serveurs d'entrée de gamme du groupe, moins rentables. D'après le "Wall Street Journal", les groupes chinois Lenovo et américain Dell seraient des candidats potentiels.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus