Nouvelle hausse du chômage en janvier - taux inchangé à 3,5%

Le chômage en Suisse a augmenté en janvier pour le septième mois consécutif. Le nombre de chômeurs s'est accru de 3823 par rapport au mois précédent pour s'établir à 153'260. Le taux de chômage demeure inchangé à 3,5% de la population active.

La dégradation s'explique à nouveau par des facteurs saisonniers, a indiqué Yves Flückiger, professeur à l'Université de Genève et directeur de l'Observatoire universitaire de l'emploi, contacté lundi par l'ats. En comparaison annuelle, le nombre de chômeurs présente une augmentation de 5102, selon les chiffres du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

L'effectif de demandeurs d'emploi, qui inclut outre les chômeurs, les personnes en formation ou se trouvant en situation de gain intermédiaire, a quant à lui progressé de 2975 en janvier par rapport à décembre pour se fixer à 208'777. Sur un an, la hausse atteint 7001 personnes, en croissance de 3,5%.

Le nombre de places vacantes annoncées aux Offices régionaux de placement (ORP) constitue en revanche une meilleure nouvelle. Il a ainsi augmenté de 2551 en janvier sur un mois pour s'afficher à 12'296. Ce qui signifie qu'une potentielle baisse du nombre de chômeurs existe d'ores et déjà pour le printemps prochain.

Impact du vote de dimanche

Le professeur Flückiger estime toutefois que l'acceptation dimanche par le peuple de l'initiative de l'UDC "contre l'immigration de masse" aura inévitablement un impact négatif sur le marché du travail en Suisse. Selon lui, les effets n'apparaîtront pas dans l'immédiat. L'impact négatif se fera sentir au cours de l'année 2014.

Le résultat de la votation va créer un "climat néfaste" aux relations économiques, en particulier pour l'établissement de contrats. La nature de la réaction à venir de l'Union européenne sera importante au plus haut point.

A court terme, le nombre de chômeurs en Suisse devrait encore croître en février, toujours pour des motifs saisonniers, notamment en raison du ralentissement de l'activité lié à l'hiver dans le secteur de la construction. Une baisse devrait ensuite apparaître à partir du mois de mars pour se prolonger jusqu'à l'été, précise Yves Flückiger.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes