Plus de 50 milliards de dollars à la défense du réal

La banque centrale du Brésil va consacrer plus de 50 milliards de dollars jusqu'à la fin de l'année à la défense du réal, attaqué sur les marchés, alors que la croissance du géant latino-américain flanche. Les prévisions conjoncturelles sont revues à la baisse.

"Avec pour objectif de fournir une couverture de change aux agents économiques et de la liquidité au marché des changes, la banque centrale du Brésil communique qu'elle va commencer, à partir de ce vendredi, un programme d'enchères de 'swaps' de changes et de vente de dollars avec promesse de vente", indique-t-elle dans un communiqué.

Depuis son "point haut" de la fin juillet (2,2571 dollars), le réal brésilien a perdu 8% face au billet vert (pour tomber à 2,4541 dollars).

Le Brésil fait partie, avec la Russie, l'Inde et la Turquie, des principales victimes du mouvement de défiance envers les grands pays émergents apparu depuis quelques jours sur les marchés.

Les investisseurs, souhaitant bénéficier de la remontée des taux d'intérêts aux Etats-Unis, rapatrient désormais massivement les sommes investies dans les pays émergents qui leur semblent présenter des fragilités structurelles.

Pour défendre sa monnaie, le Banco central do Brasil proposera donc au marché 500 millions de dollars par jour les lundi, mardi, mercredi et jeudi, sous forme de "swaps". Le vendredi, l'institut monétaire organisera des enchères pour vendre (avec promesse de rachat) des lignes de crédit d'une valeur de 1 milliard de dollars.

Révision à la baisse des prévisions de croissance

A raison de 3 milliards de dollars offerts par semaine, la banque centrale consacrerait ainsi quelque 54 milliards de dollars à la défense de sa monnaie nationale.

"Si elle le jugeait approprié, la Banque centrale du Brésil réaliserait des opérations additionnelles", précise-t-elle. Ce programme durera au moins jusqu'à la fin décembre.

L'instauration de cette nouvelle ligne de défense suit de quelques heures l'annonce que la croissance de l'économie brésilienne n'atteindra que 2,5% cette année et 4% l'an prochain.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus