Telecom Italia: le président Bernabè jette l'éponge

Le patron de l'opérateur Telecom Italia, Franco Bernabè, a présenté jeudi sa démission. Pris à la gorge par sa dette, le groupe demeure en quête de stratégie après le récent renforcement de son concurrent espagnol, Telefonica, à son capital.

"Le président de Telecom Italia Franco Bernabè a démissionné de son poste. Le conseil d'administration se poursuit sous la présidence du vice-président, Aldo Minucci", a affirmé le groupe dans un bref communiqué, confirmant des informations parues dans la presse des derniers jours. Une nouvelle communication est prévue à l'issue de la rencontre.

Le dirigeant, qui était en conflit avec les principaux actionnaires du groupe, pourrait être remplacé à brève échéance par l'actuel patron de Poste Italiane, Massimo Sarmi, selon la presse italienne.

La querelle au sommet de l'entreprise est apparue au grand jour après l'annonce, fin septembre, du renforcement indirect du groupe espagnol Telefonica au capital de Telecom Italia.

Le groupe espagnol détient désormais 66% de Telco, premier actionnaire de Telecom Italia avec 22,4% de son capital, et pourrait en racheter la totalité à partir de 2014. Telco rassemble, outre Telefonica, les groupes italiens Generali, Mediobanca et Intesa Sanpaolo.

Vifs remous

L'annonce de Telefonica a provoqué de vifs remous en Italie ces deux dernières semaines. M. Bernabè a affirmé en avoir été informé à travers "les communiqués de presse".

De nombreux autres acteurs de la vie publique italienne, qu'ils soient responsables d'affaires, politiques et syndicaux se sont également insurgés contre elle, arguant de craintes pour l'emploi ou pour la sécurité du réseau national de télécommunications.

/SERVICE


Actualisé le