Trop de germes résistants dans la volaille vendue en Suisse

La moitié de la viande de volaille vendue en Suisse contient des germes résistants aux antibiotiques, selon un test effectué par l'Alliance des organisations de consommateurs. Et la plupart (68%) montrent des multirésistances à trois médicaments ou plus.

Sur 40 viandes de poulet et de dinde achetées en grande surface, 19 contenaient des bactéries, soit 47,5% de l'échantillon. Ces résultats mettent en évidence l'un des plus importants problèmes de santé publique actuels: les antibiotiques sont de plus en plus souvent inefficaces pour traiter les maladies infectieuses, indique un communiqué de l'Alliance publié mardi.

Deux bactéries inquiètent plus spécialement: les BLSE (pour Bêta-lactamase à spectre étendu) trouvées sur 42% des produits analysés et les SARM (Staphylocoque doré résistant à la méthicilline) décelés sur 7,5% des viandes. Par ailleurs, 42% des viandes contenaient des Campylobacters, dont la moitié résistant à un antibiotique. Ces bactéries sont la principale cause bactérienne des gastro-entérites en Suisse et dans le monde.

Usage vétérinaire

Soigner les animaux et ne pas les faire souffrir est important, notent les organisations de consommateurs. Mais donner des antibiotiques préventivement ou les administrer à plusieurs milliers de volailles au lieu d'isoler et de traiter les individus malades favorise la surconsommation et le développement de résistances.

En Suisse, seules les quantités globales dispensées aux animaux sont connues mais pas le nombre de doses données à chaque animal. Récemment, une étude a démontré qu'un poulet allemand recevait, en moyenne, des antibiotiques pendant plus de 10 jours sur les 39 que dure sa courte vie.

Viande importée plus contaminée

La Suisse importe en effet 50% de sa viande de volaille. La moitié des échantillons testés étaient d'origine étrangère et les analyses ont montré qu'ils étaient davantage contaminés que les produits suisses.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes