L'Angleterre brise la malédiction avec sa défense de fer

La malédiction est enfin brisée. Pour la 1re fois depuis 1966, l'Angleterre a battu l'Allemagne ...
L'Angleterre brise la malédiction avec sa défense de fer

L'Angleterre brise la malédiction avec sa défense de fer

Photo: KEYSTONE/AP/Andy Rain

La malédiction est enfin brisée. Pour la 1re fois depuis 1966, l'Angleterre a battu l'Allemagne dans une phase finale d'une grande compétition pour s'ouvrir les portes des quarts de finale de l'Euro.

Dans son antre de Wembley, la sélection de Gareth Southgate s'est imposée 2-0 devant les Allemands. Acquis tardivement sur des réussites de Raheem Streling (75e) et de Harry Kane (86e), ce succès ne souffre aucune discussion. Les Anglais étaient bien les meilleurs sur le terrain.

Face à des Allemands qui n'auront bénéficié que de deux réelles chances de but avec une volée de Kai Harvetz déviée magistralement par Jordan Pickford (46e) et avec cette rupture de Thomas Müller après une bourde de Sterling (81e), les Anglais ont su imposer leur jeu. Ils ont ouvert le score sur une superbe action qui a vu Kane, Jack Grealish et Luke Shaw faire à chaque fois le bon choix pour placer Sterling en position idéale.

Sur le 2-0 qui a permis à Kane d'ouvrir enfin son compteur dans ce tournoi, Grealish fut à nouveau décisif. L'introduction du joueur d'Aston Villa à la 69e pour Bukayo Saka fut une mesure très heureuse.

Avec une défense qui a signé un quatrième clean sheet en quatre rencontres, l'Angleterre s'avance comme le grandissime favori de son tableau qui doit logiquement la conduire jusqu'à la finale. Ce samedi, les Anglais devront toutefois s'exiler à Rome pour un quart de finale contre le vainqueur de la rencontre entre la Suède et l'Ukraine.

Une page qui se ferme

Avec cette élimination en huitième de finale, le football allemand referme une longue et glorieuse page de son histoire. Joachim Löw a, en effet, vécu son dernier match à la tête d'une sélection qu'il dirige depuis 2006 et qu'il a menée au titre mondial en 2014.

Après la déroute de Russie - l'Allemagne n'avait pas passé le cap du premier tour de la Coupe du monde 2018 -, cette défaite sans appel à Wembley confirme que l'ancien joueur de Schaffhouse ne possédait plus la flamme pour relancer une équipe qui ne cesse de décevoir depuis sa défaite en demi-finale de l'Euro 2016 face à la France. La victoire 4-2 contre le Portugal dans un groupe de la mort qui voit aucun de ses représentants encore en vie dans ce tournoi, ne fut qu'un trompe-l'oeil.

/ATS
 

Actualités suivantes