Championnat ou Super League, les clubs italiens devront choisir

La Fédération italienne a adopté lundi une nouvelle règle qui interdira aux équipes qui s'engageraient ...
Championnat ou Super League, les clubs italiens devront choisir

Championnat ou Super League, les clubs italiens devront choisir

Photo: KEYSTONE/AP/Massimo Paolone

La Fédération italienne a adopté lundi une nouvelle règle qui interdira aux équipes qui s'engageraient dans une compétition privée de participer au championnat national.

Elle réagit ainsi à la tentative de création d'une Super League.

Un club qui adhérerait à 'des compétitions non reconnues par la Fédération, l'UEFA et la FIFA' perdait d'office son affiliation au championnat, a indiqué le président de la Fédération Gabriele Gravina à l'issue d'un conseil fédéral.

Trois clubs italiens faisaient partie des douze ayant annoncé la semaine dernière un projet privé de Super League visant à supplanter la Ligue des champions. L'Inter Milan a annoncé mercredi dernier son retrait après le départ des six clubs anglais, mais la Juventus et l'AC Milan ont été moins clairs, prenant acte de l'échec de la formule sans préciser s'ils quittaient ou non ce projet.

'Il est évident que si, au 21 juin, date de clôture des demandes d'inscription, certains voulaient participer à des compétitions de nature privée, ils ne prendraient pas part à notre championnat', a souligné Gabriele Gravina, cité dans un communiqué. 'Pour le moment, nous n'avons pas d'information sur qui est resté et qui est sorti de la Super Ligue', a-t-il précisé.

La nouvelle norme sera insérée dans les licences des clubs et dans les textes réglementaires de la Fédération. Ce nouveau point de règlement, voulu comme un garde-fou une semaine après l'annonce de cette Super League qui a fait trembler la planète foot, a été adopté à l'unanimité, y compris par l'administrateur délégué de l'Inter, Giuseppe Marotta, qui siège au conseil fédéral en tant que représentant de la Ligue, selon la Gazzetta dello sport.

Tout en actant l'impossibilité du projet après le départ des équipes anglaises, les trois clubs italiens ont continué depuis à défendre l'idée d'une réforme. La Juventus, dont le président Andrea Agnelli est l'un des principaux instigateurs de la Super League avec son homologue du Real Madrid, Florentino Perez, avait ainsi indiqué la semaine dernière rester 'convaincue du bien-fondé des hypothèses sportives, commerciales et juridiques' du projet.

Les trois 'sécessionnistes' italiens sont dans le collimateur d'une majorité de la Serie A: onze clubs ont écrit ce week-end à la Ligue italienne afin de réclamer une assemblée en urgence pour 'analyser les actes graves des clubs (impliqués dans la Super League, ndlr) et de leurs dirigeants et les conséquences en découlant', selon la Repubblica.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus