Jérémy Frick: « je sentais qu'il allait se passer quelque chose »

Jérémy Frick a été le héros du match entre Servette et Lausanne. Son penalty arrêté à la 95e ...
Jérémy Frick: « je sentais qu'il allait se passer quelque chose »

Jérémy Frick:

Photo: Keystone/SALVATORE DI NOLFI

Jérémy Frick a été le héros du match entre Servette et Lausanne. Son penalty arrêté à la 95e devant Stjepan Kukuruzovic a permis aux Grenat d'éviter la défaite.

'Juste avant le penalty, je sentais qu'il allait se passer quelque chose.' Jérémy Frick est un oracle. Ou alors il le laisse penser. 'Nous avions eu un but annulé, nous n'arrivions pas à marquer, j'étais persuadé que quelque chose pouvait encore survenir', explique le gardien servettien. La petite faute de Steve Rouiller sur Toichi Suzuki signalée par Fedayi San lui a donné raison.

En revanche, le prédicateur Frick n'avait pas prévu qu'il repousserait l'essai de Kukuruzovic. Là, le Genevois se veut beaucoup plus rationnel: 'J'avais vu qu'il tirait en bas à gauche et dans une pareille situation, un tireur cherche plutôt à assurer, a-t-il estimé. Donc je me suis dit qu'il était logique qu'il tire de ce côté-là, avec lequel il est confortable.' Bien vu.

Même si Servette aurait sans doute pu faire mieux. En supériorité numérique dès la 66e après l'expulsion d'Elton Monteiro, les Grenat ont mis du temps à trouver la solution (par Alex Schalk à la 75e) et n'y sont parvenus qu'une seule fois. 'Nous avons montré sur le terrain que nous étions les meilleurs, et c'est intéressant même s'il n'y a pas les trois points à la clé', a d'ailleurs jugé Alain Geiger.

Même si l'entraîneur servettien a aussi constaté le récurrent 'problème d'efficacité' de son équipe, tout en relevant 'la bonne organisation de Lausanne'. Reste que les Vaudois ont beaucoup reculé après l'ouverture du score d'Evann Guessand et auraient sans doute réalisé un petit hold-up si Kukuruzovic avait transformé son penalty.

'Nous pouvions prendre les trois points à la 95e, donc cela nous déçoit forcément. Mais Servette a quand même pas mal dominé la rencontre et nous avons eu des difficultés à ressortir les ballons. Ce n'était pas un choix de défendre aussi bas', a ainsi convenu Giorgio Contini. Mais après la semaine agitée qu'il a connu, l'entraîneur lausannois ne peut pas se plaindre de ramener un point de Genève.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus