Syrie: pas d'avancée à Genève pendant 8 jours selon le gouvernement

Huit jours de discussions sur la Syrie à Genève n'auront donné lieu à aucune avancée concrète ...
Syrie: pas d'avancée à Genève pendant 8 jours selon le gouvernement

Huit jours de discussions sur la Syrie à Genève n'auront donné lieu à aucune avancée concrète. Si le principal groupe d'opposition évoque tout de même une amélioration 'relative', le gouvernement affirme clairement un blocage.

'Nous cherchions une avancée. Cela n'a pas eu lieu', a indiqué vendredi devant la presse le chef de la délégation gouvernementale Bachar al-Jaafari, au terme de sa dernière rencontre avec l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura lors de ces huit jours. Accusé par l'opposition de ne vouloir parler que de lutte contre le terrorisme, l'ambassadeur syrien à l'ONU à New York s'est défendu d'une telle attitude.

Les trois autres 'paniers' de la gouvernance, d'une nouvelle Constitution et d'élections contrôlées par l'ONU ont aussi été abordés avec l'émissaire, selon lui. De même que les grands principes d'une transition politique. 'Cela peut être considéré comme positif', affirme Bachar al-Jaafari.

Auparavant, le chef de la délégation du principal groupe d'opposition du Haut Comité pour les négociations (HCN) avait accusé le gouvernement de 'refuser de discuter de la transition politique'. Un éventuel échec devra être attribué au régime syrien, a affirmé Nasser al-Harari.

Les camps s'accusent mutuellement

Chacun des deux camps accuse l'autre de ne pas oeuvrer comme un 'partenaire' de discussion et d'être responsable ou de soutenir le terrorisme. L'ambassadeur syrien à l'ONU à New York a affirmé que les déclarations américaines qui ne font plus d'un départ du président Bachar al-Assad une priorité seraient évaluées.

'L'avenir des Syriens sera établi uniquement par les Syriens. Pas par les Américains', a-t-il toutefois ajouté. Le gouvernement va par ailleurs continuer de soutenir les Russes et les Iraniens à Astana, au Kazakhstan, pour consolider une trêve. Ce processus doit permettre de 'faire avancer' la prochaine série de discussions à Genève, selon Bachar al-Jaafari.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus