Trump dénonce un « affront à l'humanité » après l'attaque chimique

Le président des Etats-Unis Donald Trump a dénoncé mercredi une attaque 'horrible, épouvantable' ...
Trump dénonce un « affront à l'humanité » après l'attaque chimique

Trump dénonce un

Photo: Keystone

Le président des Etats-Unis Donald Trump a dénoncé mercredi une attaque 'horrible, épouvantable' au lendemain de l'attaque chimique présumée ayant fait au moins 72 morts en Syrie. 'Leur mort est un terrible affront à l'humanité', a-t-il dit.

'Ces actes odieux par le régime Assad ne peuvent pas être tolérés', a martelé le président américain. Il s'est exprimé lors d'une conférence de presse avec le roi Abdallah II de Jordanie, dont le pays fait partie de la coalition militaire menée par les Etats-Unis combattant l'EI en Irak et en Syrie.

Le président des Etats-Unis a affirmé que l'attaque chimique présumée avait changé son regard vis-à-vis de Bachar al-Assad. Ce qui s'est passé est inacceptable pour moi', a-t-il déclaré, tout en refusant de dire ce qu'il comptait faire.

'Cette attaque sur des enfants a eu un énorme impact sur moi', a lancé le président républicain depuis les jardins de la Maison Blanche au moment où la Russie et les pays occidentaux s'opposaient de nouveau sur le dossier syrien lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

'Nous détruirons l'EI, et nous protégerons la civilisation. Nous n'avons pas le choix', a déclaré M. Trump. Donald Trump a en outre affirmé que l'attaque chimique présumée de la veille en Syrie avait 'franchi de nombreuses lignes'. Il faisait allusion à la fameuse 'ligne rouge' que s'était fixée son prédécesseur Barack Obama contre le régime syrien en cas de recours aux armes chimiques.

'Ligne rouge'

L'ancien président Obama avait promis qu'il agirait contre la Syrie en cas de recours aux armes chimiques, une 'ligne rouge' franchie à l'été 2013. Washington avait cependant renoncé à une intervention militaire.

Depuis le début du conflit il y a six ans, le dossier syrien divise les Occidentaux et la Russie, bloquant tout effort pour mettre fin à une guerre qui a fait plus de 320'000 morts.

/ATS