Attentats à la voiture bélier à Barcelone et Cambrils: treize morts

La police recherche toujours un homme en fuite après deux attentats en Catalogne qui ont fait ...
Attentats à la voiture bélier à Barcelone et Cambrils: treize morts

Attentats à la voiture bélier à Barcelone et Cambrils: treize morts

Photo: Keystone

La police recherche toujours un homme en fuite après deux attentats en Catalogne qui ont fait 13 morts et plus de cent blessés, a annoncé vendredi Carles Puigdemont, le président de Catalogne.

Interrogé sur la fuite d'un 'terroriste', Carles Puigdemont a confirmé qu'il était 'effectivement dans la nature', indiquant que la police n'avait pas d'éléments 'sur ses capacités de nuire'.

'Avec ce genre de profil, on sait, ils l'ont démontré, qu'ils ont la volonté de faire du mal' a poursuivi le chef de l'exécutif régional, affirmant qu'il y aurait dans 'les prochaines heures (...) des résultats' vu le 'travail de la police'.

Il pourrait s'agir du conducteur de la camionnette qui a renversé des dizaines de personnes à Barcelone et s'est enfui en courant. Un témoin l'a décrit comme 'un homme très jeune, d'une vingtaine d'années, au visage mince'.

Les ceintures explosives des assaillants étaient fausses

Les auteurs présumés d'une attaque menée à Cambrils, au sud de Barcelone, dans la nuit de jeudi à vendredi, portaient de fausses ceintures explosives. Le chef du gouvernement régional catalan, Carles Puigdemont, l'a annoncé vendredi.

Les autorités avaient dit dans un premier temps avoir déjoué un attentat à la bombe à Cambrils, quelques heures après une attaque au véhicule bélier qui a fait au moins 13 morts à Barcelone.

Mais Carles Puigdemont a déclaré à la radio catalane RAC1 que les experts avaient déterminé qu'il s'agissait de fausses ceintures explosives.

Treize morts et une centaine de blessés

Jeudi en fin d'après-midi, une camionnette a foncé dans la foule sur la Rambla, l'artère la plus fréquentée par les touristes dans la métropole catalane. L'attentat a été rapidement revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique. Le conducteur de la camionnette a pris la fuite sans un mot après avoir fauché les passants qui baguenaudaient parmi les kiosques à fleurs et à souvenirs. Mais deux suspects, un Espagnol et un Marocain, ont été arrêtés par la police dans deux localités éloignées respectivement de 100 et 200 kilomètres de Barcelone.

Dans la nuit, la police annonçait avoir abattu cinq 'terroristes présumés' à Cambrils, située à 120 km au sud de Barcelone. 'Les terroristes présumés circulaient dans une Audi A3 et ont apparemment renversé plusieurs personnes avant de se heurter à une patrouille des Mossos d'Esquadra et la fusillade a commencé', a annoncé un porte-parole du gouvernement régional. Certains d'entre eux portaient des ceintures d'explosifs, a ajouté un porte-parole des Mossos.

Six civils et un policier ont été blessés lorsque la voiture a fauché vers minuit des piétons sur la promenade de bord de mer de cette station touristique. Un des civils blessés est dans un état critique, ont annoncé les services d'urgence de Catalogne sur leur compte Twitter. La police a fait savoir sur son compte Twitter qu'elle considérait cette attaque comme liée à l'attentat qui a fait 13 morts et une centaine de blessés d'au moins 18 nationalités différentes jeudi à Barcelone.

'Nous pouvons confirmer qu'il y a 13 morts et plus d'une centaine de blessés', a déclaré jeudi soir à Barcelone le responsable de l'Intérieur du gouvernement régional catalan, Joaquim Forn. Selon le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, une Belge figure parmi les morts.

Les victimes - morts et blessés- sont au moins de 18 nationalités différentes, a-t-on appris auprès des services espagnols de protection civile.

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites djihadistes, SITE.

Réactions d'indignation

Les réactions d'indignation ont très vite afflué. La présidente de la Confédération Doris Leuthard a condamné l'attaque et le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter a présenté ses condoléances à la population et au gouvernement espagnol. Pour le président du Conseil européen, Donald Tusk, 'toute l'Europe est avec Barcelone.'

'Ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est à Barcelone. Les Ramblas appartiendront de nouveau à tout le monde', a pour sa part déclaré le roi Felipe VI dans un message du Palais royal.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus