Alain Berset défend le multilatéralisme devant l'ONU

A New York, le président de la Confédération Alain Berset a souligné l'importance que la Suisse ...
Alain Berset défend le multilatéralisme devant l'ONU

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

La voix de la Suisse est entendue sur la scène internationale. C'est la conclusion qu'a tirée jeudi le président de la Confédération Alain Berset après sa participation à l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

La Suisse est appréciée à l'ONU comme partenaire de négociation solide et digne de confiance, a dit M. Berset à Keystone-ATS. Inversement, l'ONU joue un rôle important pour la Suisse. En tant que pays ouvert, orienté vers l'exportation, la Suisse a besoin de règles stables et d'une bonne coopération internationale.

Dans son discours de mardi devant l'Assemblée générale, le conseiller fédéral a défendu le multilatéralisme. Une politique basée sur le protectionnisme et l'égoïsme ne peut mener qu’à la diminution des échanges commerciaux et, par conséquent, à une baisse de la prospérité, a-t-il dit.

'Nous ne pouvons relever avec succès les défis posés par la montée des inégalités, le changement démographique ou la migration - et leurs causes - que si nous les abordons dans un esprit de confiance', a plaidé le socialiste. La communauté internationale a beaucoup à perdre dans la crise actuelle du multilatéralisme, a-t-il prévenu.

Migrations et santé

Alain Berset a aussi participé à deux rondes de discussions de haut rang sur le pacte migratoire de l'ONU qui doit être adopté en décembre à Marrakech. Jeudi, le socialiste a mis l'accent sur la santé. Il s'est engagé dans une conférence portant sur l’accès aux soins médicaux dans les situations d’urgence humanitaire et de crise, et s'est exprimé lors d'un événement sur les maladies non transmissibles.

Pour combattre ces maladies, il faut une forte volonté politique et une meilleure collaboration avec la société civile et l'économie privée. Les connaissances de la population en matière de santé préventive doivent aussi être améliorées.

Discussions bilatérales

Le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) a aussi été impressionné par les nombreuses rencontres personnelles qui sont possible lors de discussions bilatérales dans le cadre de l'ONU.

Lors de son entretien avec le secrétaire général des Nations Unies António Guterres, le président de la Confédération a abordé la réforme de l'ONU soutenue par la Suisse. Durant son séjour new-yorkais, le Fribourgeois s'est également entretenu avec plusieurs chefs d'Etats dont le président iranien Hassan Rohani, ainsi qu'avec la nouvelle haut-commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet.

Il a également parlé entre quatre yeux aux chefs d'Etat de l'Egypte, de l'Argentine, de l'Iran, du Kosovo, des Iles Marshall, du Mozambique, du Népal, de la Serbie et de la Slovénie.

Avant son retour en Suisse, dans la nuit de jeudi à vendredi, Alain Berset devait encore présenter un exposé sur la démocratie directe à l'université de Philadelphie, dans l'Etat de Pennsylvanie. Philadelphie est considérée comme la ville fondatrice des Etats-Unis, car c'est là qu'ont été signées la Déclaration d'indépendance et la Constitution.

/ATS
 

Actualités suivantes