Allègement des restrictions en France, attente mondiale des vaccins

Le président Emmanuel Macron doit annoncer mardi, à la faveur d'une baisse des contaminations ...
Allègement des restrictions en France, attente mondiale des vaccins

Allègement des restrictions en France, attente mondiale des vaccins

Photo: KEYSTONE/AP/Thibault Camus

Le président Emmanuel Macron doit annoncer mardi, à la faveur d'une baisse des contaminations en France, un allègement gradué des restrictions imposées pour lutter contre le Covid-19. Cette stratégie des petits pas est adoptée par d'autres pays d'Europe occidentale.

En Amérique du nord, au contraire, la pandémie reste en expansion: les contaminations progressent de manière exponentielle aux Etats-Unis, et la situation est jugée 'extrêmement sérieuse' par les autorités de la province canadienne de l'Ontario.

Pendant ce temps, les annonces sur la mise au point de nouveaux vaccins se multiplient, et les premières vaccinations sont attendues dans quelques semaines, d'abord aux Etats-Unis puis en Europe.

En France, le président Macron doit une nouvelle fois s'adresser à la nation pour desserrer un peu l'étau du confinement et fixer le cap dans la crise sanitaire, alors que les Français espèrent une bouffée d'air à l'approche des fêtes de Noël et du Nouvel an.

M. Macron réunit dans la matinée un 'conseil de défense' pour finaliser les décisions qu'il annoncera le soir à la télévision.

'Léger assouplissement'

On sait déjà que l'allègement des contraintes se fera en trois phases: autour du 1er décembre, puis avant les congés de Noël et enfin début 2021. Le Premier ministre Jean Castex a prévenu que ces annonces ne permettraient qu'un 'léger assouplissement du confinement'.

Ce message prudent et balancé est aussi celui de plusieurs dirigeants d'Europe occidentale, comme le Premier Britannique Boris Johnson. Le chef du gouvernement conservateur a annoncé lundi aux députés le retour début décembre, après quatre semaines de reconfinement en Angleterre, à une stratégie modulée localement, accompagnée d'un programme de dépistage massif.

'Cela ne peut pas être un Noël normal et le chemin est long jusqu'au printemps', a averti M. Johnson, qui est en isolement après avoir été en contact avec une personne infectée et parlait en vidéoconférence. 'Mais nous avons franchi une étape et l'issue est en vue'.

Parmi les allègements annoncés figurent le retour des spectateurs dans les stades début décembre dans certaines zones, la réouverture des magasins dits non essentiels et des salles de sport et la reprise des services religieux et des mariages.

L'Espagne, qui avait instauré le mois dernier un état d'urgence sanitaire, n'enregistre plus que 400 cas de Covid-19 pour 100'000 habitants en moyenne depuis 14 jours, contre 530 cas début novembre.

'Résultats'

C'est la preuve que la stratégie du gouvernement 'donne des résultats', a déclaré le Premier ministre Pedro Sanchez en présentant le plan de vaccination espagnol pour 2021. En Catalogne, les bars, restaurants et cinémas ont rouvert lundi, avec des capacités d'accueil limitées.

Le roi d'Espagne Felipe VI s'est placé en quarantaine après avoir été en contact avec une personne testée positive au Covid-19, a annoncé lundi le Palais royal.

De nouvelles restrictions sont attendues à partir de mardi au Portugal et en Suède.

Aux Etats-Unis, où les contaminations continuent de progresser rapidement, les autorités espèrent commencer les vaccinations mi-décembre, sitôt les premiers vaccins approuvés par l'Agence américaine des médicaments (FDA), a déclaré Moncef Slaoui, un haut responsable de l'opération de vaccins lancée par le président Donald Trump.

Le gouvernement fédéral prévoit de vacciner 20 millions de personnes à risque en décembre, puis 25 à 30 millions par mois.

Inquiétude pour Thanksgiving

L'approche de la fête de Thanksgiving, jeudi, inquiète les autorités sanitaires. Malgré les appels à rester chez soi, de nombreux Américains se préparent à des retrouvailles familiales. Les aéroports sont remplis comme jamais depuis le début de la pandémie et les files d'attente pour se faire tester sont interminables.

Au nord, la plus grande ville du Canada, Toronto, est soumise depuis lundi à un confinement d'au moins 28 jours en raison d'une flambée des contaminations. 'La situation est extrêmement sérieuse', a déclaré Doug Ford, Premier ministre de la province de l'Ontario, dont Toronto est la capitale.

En Argentine, où les autorités constatent une baisse relative des contaminations, la ville de Buenos Aires a annoncé lundi qu'elle se rouvrirait en décembre au tourisme national et international, avec une stratégie de tests notamment à l'aéroport international d'Ezeiza.

La compagnie aérienne australienne Qantas, elle, va rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire pour tous les passagers de ses vols internationaux, a annoncé son PDG Alan Joyce, selon lequel cette exigence va probablement devenir 'courante' dans le secteur du transport aérien.

3 milliards de doses

Dans ce domaine des vaccins, les annonces se succèdent rapidement. Après le laboratoire américain Moderna et l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech, le laboratoire britannique AstraZeneca associé à l'université d'Oxford a annoncé lundi avoir développé un vaccin efficace à 70% en moyenne, voire à 90% dans certains cas.

AstraZeneca dit avancer rapidement dans la fabrication prévue de 3 milliards de doses, qui seront disponibles en 2021.

La pandémie a fait près de 1,4 million de morts dans le monde depuis que le bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de l'apparition de la maladie dans ce pays fin décembre 2019.

Les Etats-Unis sont le pays le plus lourdement touché par la pandémie avec 257'616 décès, suivis par le Brésil (169'485) l'Inde (133'738) et le Mexique (101'676).

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus