Allemagne: Angela Merkel critiquée dans son propre camp après l'accord de coalition

Des critiques se sont élevées jeudi chez les conservateurs d'Angela Merkel pour reprocher à ...
Allemagne: Angela Merkel critiquée dans son propre camp après l'accord de coalition

Allemagne: Angela Merkel critiquée dans son propre camp après l'accord de coalition

Photo: Keystone/EPA/CLEMENS BILAN

Des critiques se sont élevées jeudi chez les conservateurs d'Angela Merkel pour reprocher à la chancelière allemande certaines concessions faites aux sociaux-démocrates afin de conclure un accord de coalition gouvernementale. Certains parlent même d'erreur politique.

Angela Merkel, qui est à la tête des chrétiens-démocrates (CDU), a concédé le portefeuille des Finances au SPD dans le cadre de l'accord de coalition qui a finalement été scellé mercredi, plus de quatre mois après les élections législatives fédérales du 24 septembre.

'Je pense que la formation de ce gouvernement, en l'état, est une erreur politique', a estimé Christian von Stetten, député CDU qui représente les intérêts des entreprises, à la chaîne publique ARD. Pour lui, cette erreur concerne notamment l'attribution du ministère des Finances au SPD.

'Chancelière à tout prix'

L'octroi de ce portefeuille montre quel prix les conservateurs ont dû payer pour renouveler la grande coalition avec le SPD, au pouvoir avec la CDU/CSU depuis 2013, et assurer à Angela Merkel un quatrième mandat consécutif de chancelière. Pour le journal à grand tirage Bild, Mme Merkel a vendu son âme. 'Chancelière à tout prix', écrit Bild en page de Une. 'Merkel offre le gouvernement au SPD'.

En vertu de l'accord de coalition, le SPD conservera notamment les portefeuilles des Affaires étrangères, de la Justice et du Travail. Une alliée politique d'Angela Merkel, Julia Klöckner, a dû monter au créneau jeudi pour défendre l'accord de coalition.

'Nous avons tenu les principales promesses que nous avions faites durant la campagne électorale', a-t-elle dit à la Bayerischer Rundfunk. 'Pour les familles, les aides sont sensiblement plus importantes. Nous stabiliserons les finances. Il n'y aura pas de nouvelles dates, et pas non plus de hausses d'impôts', a-t-elle argumenté.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus