Après l'Iran, Donald Trump menace l'Irak

Donald Trump a menacé dimanche l'Irak de 'très fortes' sanctions si les troupes américaines ...
Après l'Iran, Donald Trump menace l'Irak

Après l'Iran, Donald Trump menace l'Irak

Photo: KEYSTONE/EPA/CHU ukit

Donald Trump a menacé dimanche l'Irak de 'très fortes' sanctions si les troupes américaines étaient contraintes de quitter le pays. Le Parlement irakien a voté dimanche pour réclamer leur expulsion.

'S'ils nous demandent effectivement de partir, si nous ne le faisons pas sur une base très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n'en ont jamais vu auparavant', a déclaré le président américain à bord d'Air Force One, de retour de Floride où il était en vacances. 'Elles feront apparaître les sanctions contre l'Iran comme presque faibles', a-t-il ajouté.

'Nous avons une base aérienne extraordinairement chère là-bas. Elle a coûté des milliards de dollars à construire. Nous ne partirons pas s'ils ne nous remboursent pas', a-t-il encore dit.

Le Parlement irakien a demandé dimanche au gouvernement de 'mettre fin à la présence des troupes étrangères' en Irak, lors d'une séance extraordinaire en présence du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi.

Sites culturels visés

Le président américain a par ailleurs une nouvelle fois menacé Téhéran de 'représailles majeures' en cas d'attaque iranienne contre des installations américaines au Moyen-Orient en réponse à l'élimination par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani. 'S'ils font quoi que ce soit, il y aura des représailles majeures', a-t-il déclaré.

La réponse de l'Iran à l'assassinat du général Qassem Soleimani 'sera assurément militaire et contre des sites militaires', a affirmé un conseiller du guide suprême iranien, le général de brigade Hossein Dehghan, dans une interview accordée dimanche à CNN.

M. Trump a également une nouvelle fois menacé de frapper des sites culturels iraniens. 'Ils ont le droit de tuer nos ressortissants (...) et nous n'avons pas le droit de toucher leurs sites culturels? Cela ne marche pas comme ça', a-t-il dit.

/ATS
 

Actualités suivantes