Au moins nonante-deux combattants de l'EI tués par la méga bombe

Au moins 90 combattants ou partisans du groupe Etat islamique (EI) ont été tués par la méga ...
Au moins nonante-deux combattants de l'EI tués par la méga bombe

Afghanistan: la méga-bombe américaine a tué au moins 90 djihadistes

Photo: Keystone

La méga-bombe américaine larguée jeudi sur les positions du groupe Etat islamiste (EI) dans l'est de l'Afghanistan a fait au moins 90 tués parmi les djihadistes. Les islamistes continuent pourtant de résister au 'nettoyage' des forces afghanes et américaines.

Le bilan a triplé par rapport à celui avancé vendredi par les responsables afghans qui faisaient état de 36 combattants tués: la plus puissante arme conventionnelle de l'armée américaine a visé un réseau de grottes et de tunnels dans la province du Nangarhar, frontalière du Pakistan, qui permettait aux combattants de circuler à l'abri.

Les forces afghanes épaulées par les Américains poursuivent également des 'opérations de nettoyage' dans la région, fief de l'EI dans le pays qui semble avoir reçu des renforts venus du Pakistan voisin, selon un responsable local.

Progression très lente

'Nous n'avons toujours pas pu accéder au site bombardé. Les commandos progressent lentement', a indiqué samedi après-midi à l'AFP Esmail Shinwar, gouverneur du district de Achin, place-forte de l'EI.

'Il reste des poches de résistance sur les sommets et la peur des mines. De nouveaux combattants sont sans doute venus de l'autre côté de la frontière pour récupérer les corps', a-t-il ajouté.

C'est la première fois que l'armée américaine utilise cette bombe de près de dix tonnes dont près de neuf tonnes d'explosifs, la GBU-4/B3, surnommée 'la mère de toutes les bombes'.

Le groupe EI a démenti vendredi via son organe de propagande Amaq avoir subi des pertes dans ce bombardement. Mais selon Esmail Shinwar, 'au moins 92 combattants de Daech ont été tués' par la bombe.

Aucune victime civile

'Trois tunnels dans lesquels les combattants avaient pris position au moment de l'attaque ont été détruits' a-t-il précisé. Mais selon lui, il n'y a eu aucune victime au sein de la population ou parmi les militaires.

'Les civils avaient été informés au préalable et ont pu fuir la région', a-t-il affirmé. Le porte-parole du gouverneur provincial, Attaullah Khogyani, a évoqué '90 combattants de Daech tués' et confirmé à l'AFP 'une opération de nettoyage conduite avec succès' par les forces afghanes et les troupes américaines.

'A la suite du bombardement, des repaires stratégiques de Daech et un complexe profond de tunnels ont été détruits' avait indiqué vendredi le ministère afghan de la Défense.

Grand embrasement

L'explosion a résonné des kilomètres à la ronde et provoqué un grand embrasement dans cette région montagneuse isolée. Une source proche des insurgés afghans a indiqué sous couvert de l'anonymat que des habitants avaient senti le sol bouger 'comme lors d'un tremblement de terre'. Certains se sont même évanouis en raison de la puissance du souffle, selon cette source.

L'emploi de la bombe, conçue en 2002-2003 au début de la guerre en Irak, a été critiqué par certains dirigeants de la région. Mais le président afghan, Ashraf Ghani, l'a soutenu, de même que le commandant des forces américaines en Afghanistan, le général John Nicholson, pour qui 'c'était la bonne arme contre la bonne cible'.

Un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a pour sa part condamné le bombardement en estimant dans un communiqué qu'éliminer Daech était 'le travail des Afghans'. Mais cette opération peut aussi servir d'avertissement aux insurgés afghans qui s'apprêtent à lancer leur offensive de printemps.

Attentat dans le Helmand

Dans le sud du pays, au moins onze civils ont été tués vendredi par l'explosion d'une bombe au bord de la route au passage de leur véhicule, dans la province agitée du Helmand, a indiqué samedi le porte-parole du gouvernement afghan.

Selon le responsable de la police de la province d'Helmand, les talibans sont à l'origine de l'attentat. L'axe routier où a eu lieu l'explosion est en effet fréquemment utilisé par les forces de sécurité afghanes et a été miné.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus