Biden: il ne devrait pas y avoir de débat si Trump est malade

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, a estimé mardi que leur prochain duel ...
Biden: il ne devrait pas y avoir de débat si Trump est malade

Biden: il ne devrait pas y avoir de débat si Trump est malade

Photo: KEYSTONE/EPA/OLIVIER DOULIERY / POOL

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, a estimé mardi que leur prochain duel télévisé devrait être annulé, si le président américain Donald Trump était encore positif au Covid-19 lors de leur confrontation. Ils doivent s'affronter la semaine prochaine.

'Je ne sais pas quel est son statut désormais. J'ai hâte de pouvoir débattre contre lui, mais j'espère juste que tous les protocoles seront suivis', a déclaré l'ancien vice-président aux journalistes qui le suivaient lors d'un déplacement de campagne.

'Je pense que s'il a encore le Covid-19, nous ne devrions pas débattre', a précisé le démocrate, 77 ans, en tête dans les sondages. Joe Biden a creusé l'écart dans les enquêtes d'opinion après un premier débat chaotique et abrasif, le 29 septembre.

Moins de trois jours plus tard, Donald Trump, 74 ans, annonçait qu'il avait été testé positif au nouveau coronavirus. Hospitalisé vendredi soir, le président républicain est rentré lundi soir à la Maison-Blanche dans une mise en scène très théâtrale.

'Trop de gens ont été infectés'

Et mardi, il a tweeté: 'Je me sens bien!', en se disant impatient de débattre une nouvelle fois, le 15 octobre à Miami, avec Joe Biden. La famille du président, dont sa femme Melania Trump qui a ensuite également été testée positive dans la nuit de jeudi à vendredi, avait enlevé les masques dans la salle du précédent débat, à Cleveland, dans l'Ohio.

Cette fois, 'je crois que nous allons devoir suivre des consignes très strictes', a déclaré Joe Biden mardi. 'Trop de gens ont été infectés. C'est un problème très sérieux.'

De nombreux proches et conseillers de Donald Trump ont été testés positifs au SARS-CoV-2 ces derniers jours. Dans la soirée encore, on apprenait que Stephen Miller, l'un des plus proches conseillers du président et l'artisan de sa politique anti-immigration, était également contaminé.

Outre la Maison-Blanche, qui semble être un foyer d'infection, l'appareil de sécurité nationale des Etats-Unis, le plus puissant du monde, est également mis sous pression par la pandémie. L'ensemble de l'état-major américain s'est mis en quarantaine mardi après des réunions avec le numéro deux des garde-côtes, qui a été testé positif au nouveau coronavirus.

/ATS