« Camion charnier » : 25 ans ferme pour les principaux accusés

Les quatre principaux trafiquants impliqués dans la mort par suffocation de 71 migrants dans ...
« Camion charnier » : 25 ans ferme pour les principaux accusés

Photo: Keystone/APA/HERBERT P. OCZERET

Les quatre principaux trafiquants impliqués dans la mort par suffocation de 71 migrants dans un camion frigorifique découvert en Autriche en août 2015 ont été condamnés jeudi. Une cour d'assises hongroise a prononcé des peines de 25 ans de prison ferme contre eux.

Les quatre principaux accusés, sur les 14 membres du réseau de passeurs jugés durant un an, ont échappé à la perpétuité requise par le parquet qui avait demandé une peine incompressible pour trois d'entre eux. Le chef du réseau, un Afghan de 31 ans, ses deux seconds et le chauffeur du convoi mortel, tout trois Bulgares, écopent de 25 ans de réclusion.

Les dix autres accusés, dont trois sont en fuite, sont majoritairement de nationalité bulgare. Ils sont condamnés à des peines allant de trois à douze ans de prison.

Les victimes -59 hommes, huit femmes et quatre enfants, dont un bébé-, originaires de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan, avaient été prises en charge près de la frontière serbe en Hongrie le 26 août 2015. Elles espéraient rejoindre l'Allemagne, au plus fort de la crise migratoire qui avait mis des centaines de milliers d'exilés sur les routes.

Hécatombe

Le lendemain, la police autrichienne avait découvert le camion frigorifique abandonné sur une autoroute à Parndorf, près de la frontière hongroise. Entassés dans 14 mètres carrés, avec moins de 30 mètres cubes d'air pour respirer, ils avaient succombé alors que le véhicule se trouvait encore sur le territoire hongrois, selon les légistes. Des écoutes téléphoniques ont établi que les principaux accusés n'ignoraient rien du drame en train de se jouer.

Le drame n'avait pas empêché le réseau d'organiser dès le lendemain un nouveau transport dans des conditions similaires. Une nouvelle hécatombe n'avait été évitée que parce que les 67 passagers avaient réussi à défoncer la porte du compartiment.

Les corps des victimes ont pu tous, sauf un, être identifiés. La majorité d'entre eux ont été rendus à leurs proches qui n'ont pas assisté au procès, les autres ont été enterrés à Vienne.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus