Chasse à l'homme dans le Manitoba: l'armée de l'air en renfort

Un avion de l'armée canadienne s'est joint samedi à la vaste chasse à l'homme engagée depuis ...
Chasse à l'homme dans le Manitoba: l'armée de l'air en renfort

Chasse à l'homme dans le Manitoba: l'armée de l'air en renfort

Photo: KEYSTONE/EPA RCMP/RCMP HANDOUT

Un avion de l'armée canadienne s'est joint samedi à la vaste chasse à l'homme engagée depuis plusieurs jours pour mettre fin à la cavale de deux jeunes Canadiens suspectés de trois meurtres. Un C130 Hercules est arrivé dans la région de Gillam, dans le Manitoba.

Il doit effectuer des reconnaissances aériennes à la demande de la police fédérale, a indiqué une porte-parole du ministère de la défense dans un courriel. Un officier de la gendarmerie royale du Canada (GRC) sera à bord de l'appareil.

Depuis mardi, la bourgade de Gillam, près de la baie d'Hudson, se trouve au centre d'une intense chasse à l'homme, menée avec l'aide de chiens, d'un drone et de véhicules blindés, pour tenter de retrouver les deux suspects, âgés de 18 et 19 ans.

Les recherches sont restées vaines pour le moment. La GRC a indiqué samedi ne pas avoir eu de nouveaux signalements des suspects, mais pas non plus de renseignements suggérant qu'ils auraient quitté la région.

Des agents ont commencé à interroger les habitants de toutes les résidences du secteur et ont fouillé 'plus de 100 résidences inhabitées de la municipalité de Gillam', a précisé la police.

Jeux vidéo 'survivalistes'

Les deux fugitifs ont abouti dans ce village situé à plus de 1000 km au nord de Winnipeg, la capitale du Manitoba, au terme d'une cavale en voiture de plus de 3000 km à partir de la Colombie-Britannique

La région de Gillam est très inhospitalière, avec des zones marécageuses infestées de moustiques, et peuplée par des animaux sauvages, comme des loups et des ours noirs ou blancs.

Les deux jeunes gens sont formellement accusés du meurtre sans préméditation d'un professeur de botanique de 64 ans et soupçonnés d'avoir tué un jeune Australien de 23 ans et son amie américaine de 24 ans.

Dans une interview donnée il y a quelques jours à des médias canadiens, le père de l'un des suspects a affirmé que son fils, qui ne s'est jamais remis du divorce de ses parents, était 'en mission suicide' et risquait de mettre sa vie en danger.

Selon des jeunes gens de leur entourage interviewés par le quotidien The Globe and Mail, les deux fugitifs pratiquaient des jeux vidéo 'survivalistes'. L'un d'eux avait manifesté de l'intérêt pour le nazisme, arborant notamment un brassard avec un svastika et une réplique d'un poignard orné d'un insigne nazi, sur des photographies et lors d'une expédition de camping au printemps dernier.

/ATS
 

Actualités suivantes