Donald Trump appelle à la rébellion contre le confinement

Donald Trump a appelé à la rébellion contre le confinement. Il a semé la consternation alors ...
Donald Trump appelle à la rébellion contre le confinement

Donald Trump appelle à la rébellion contre le confinement

Photo: KEYSTONE/AP/Evan Frost

Donald Trump a appelé à la rébellion contre le confinement. Il a semé la consternation alors que les Etats-Unis sont devenus le premier foyer mondial de la pandémie de coronavirus avec près du quart des 157'000 morts recensés sur la planète.

Pendant que plus de la moitié de l'humanité reste à domicile afin de limiter la propagation du Covid-19, le président américain a ouvertement appelé à braver les règles de confinement. Il a exhorté à 'libérer' le Minnesota, le Michigan et la Virginie, trois Etats gouvernés par les démocrates, et à 'sauver votre formidable deuxième amendement. Il est assiégé!', en référence au droit des Américains à porter des armes.

Des manifestants, parfois armés, se sont rassemblés samedi dans plusieurs villes du pays pour exiger la levée des mesures de confinement. De telles manifestations se sont multipliées ces derniers jours à travers le pays. La plus importante à ce jour s'est déroulée mercredi à Lansing, capitale du Michigan, où 3000 personnes ont vilipendé les mesures de confinement de la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer.

Critiques contre la Chine

M. Trump a par ailleurs renouvelé ses attaques contre la Chine, qu'il accuse d'avoir 'dissimulé' la gravité de la pandémie. Le président français Emmanuel Macron et le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab ont eux aussi mis en doute la transparence de Pékin.

Avec près de 3000 morts par jour et plus de 37'600 décès au total, les Etats-Unis sont devenus le pays le plus durement touché par la pandémie partie fin 2019 de Wuhan, en Chine.

Recours aux banques alimentaires

Les dirigeants mondiaux font face à un double défi sanitaire et économique: une récession sans précédent depuis 1929 menace, a prévenu le Fonds monétaire international (FMI). Touchés de plein fouet en l'absence de dispositifs de protection sociale, des millions d'Américains sont contraints de se tourner vers les banques alimentaires.

Dans ce contexte, le gouverneur démocrate de l'Etat de Washington, Jay Inslee, s'est indigné des tweets présidentiels qui encouragent 'des actes dangereux et illégaux', selon lui. 'Il met des millions de personnes en danger d'attraper le Covid-19. Ses tirades déséquilibrées et ses appels à 'libérer' des Etats pourraient aussi mener à des violences', a-t-il twitté.

Le gouverneur de New York Andrew Cuomo, qui échange depuis des jours de vives critiques avec M. Trump, a toutefois appelé à l'unité samedi. 'Il n'y a pas de place pour la politique politicienne'. La situation peut empirer rapidement 'si vous politisez toute cette émotion', a plaidé l'élu démocrate, dont l'Etat a recensé 540 morts en 24 heures, le bilan le moins lourd depuis quinze jours.

Mille morts en Afrique

Avec plus de 190 pays et territoires touchés, la pandémie a gagné l'ensemble de la planète. La barre des 1000 morts officiellement recensés a été franchie en Afrique, dont les trois quarts en Algérie, en Egypte, au Maroc et en Afrique du Sud.

Or il manque toujours 44 milliards de dollars pour financer la lutte immédiate contre la crise sanitaire et économique en Afrique, ont estimé la Banque mondiale et le FMI.

De son côté, l'Iran pays le plus touché par la pandémie au Proche et au Moyen-Orient - a passé la barre des 5000 morts samedi. Des chiffres jugés largement sous-estimés.

En Europe, qui totalise désormais plus de 100'000 morts, quelques pays se sont engagés dans la voie d'un prudent déconfinement comme la Suisse, l'Autriche ou le Danemark. L'Allemagne a jugé la pandémie désormais 'sous contrôle' (moins de 4000 morts).

Confinements prolongés

L'OMS s'est dite 'encouragée' par l'annonce d'un déconfinement en honorant la distanciation physique dans plusieurs pays européens et en Amérique du Nord. Elle a toutefois averti que la pandémie est loin d'être jugulée, avec des 'chiffres constants ou accrus' dans l'est de l'Europe et au Royaume-Uni.

L'Espagne a annoncé samedi qu'elle allait prolonger de deux semaines le confinement de sa population, jusqu'au 9 mai. Ce confinement extrêmement strict va toutefois être assoupli pour les enfants qui pourront sortir de façon 'limitée' à partir du 27 avril. Prolongation du confinement aussi en Croatie, jusqu'au 4 mai.

Après les Etats-Unis, l'Italie (23'227 morts), l'Espagne (20'043), la France (19'323) et le Royaume-Uni (15'464) sont les pays les plus durement frappés. Le chiffre britannique n'inclut pas les morts en maisons de retraite, qui pourraient atteindre 7500.

Plus de cercueils à Bergame

Signe du relâchement de la pression sur l'Italie, le syndic de Bergame (nord) s'est réjoui de ce que l'église du cimetière de sa ville soit 'enfin' vide. Il a twitté samedi une photo de l'intérieur du bâtiment, libéré des cercueils qu'il n'a eu de cesse d'accueillir tout au long de ces semaines de pandémie.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus