El Niño peu moins intense mais son impact se poursuit

Le courant chaud El Niño actuel a été l'un des cinq plus importants jamais observés avec un ...
El Niño peu moins intense mais son impact se poursuit

El Niño peu moins intense mais son impact se poursuit

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le courant chaud El Niño actuel a été l'un des cinq plus importants jamais observés avec un pic en décembre, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Même si son intensité diminue, l'impact continue dans différentes régions, a-t-elle dit mardi à Genève.

Selon une évaluation, la menace d'une poursuite d'El Niño de mars à mai atteint 60%. La possibilité de conditions neutres d'avril à juin est encore plus importante. Un courant froid La Niña n'est pas exclu plus tard dans l'année.

El Niño a lieu tous les deux à sept ans et dure de neuf à douze mois et ses effets sont plutôt attendus cette année. Il exacerbe les sécheresses dans des territoires comme l'Australie, ainsi qu'une partie de l'Asie et du continent américain.

A l'inverse, il provoque des précipitations importantes et des inondations dans plusieurs régions comme une partie des continents américain, africain et asiatique, de même que dans le sud de l'Amérique du Sud. Il aboutit également à un réchauffement des températures des océans dans le Pacifique tropical central et oriental.

Depuis juin dernier, chaque mois constitue un nouveau record de températures. 'El Niño a contribué', admet la secrétaire générale de l'OMM Celeste Saulo. Mais 'les gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur sont sans équivoque le principal responsable', dit-elle.

Elle répète l'importance d'un système mondial d'alerte pour tous sur laquelle son organisation oeuvre d'ici 2027. Ces dispositifs dans les pays qui les appliquent ont 'sauvé de nombreuses personnes', dit-elle.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus