Eurosceptiques contenus, poussée écologiste et fin du bipartisme

Malgré les victoires de Marine Le Pen en France, Matteo Salvini en Italie et Nigel Farage au ...
Eurosceptiques contenus, poussée écologiste et fin du bipartisme

Eurosceptiques contenus, poussée écologiste et fin du bipartisme

Photo: Parlement européen / resultats-elections.eu

Malgré les victoires de Marine Le Pen en France, Matteo Salvini en Italie et Nigel Farage au Royaume-Uni, la poussée eurosceptique attendue dimanche aux élections européennes semble avoir été contenue. Les libéraux et les écologistes ont le vent en poupe.

Et si le Parti populaire européen (PPE, droite pro-européenne) - avec 182 sièges contre 216 actuellement - et les sociaux-démocrates (S&D) - avec 147 sièges contre 185 - restent les deux principales formations de l'hémicycle européen, ils perdent leur capacité à réunir à eux seuls une majorité pour faire passer des textes législatifs. La fin d'une époque.

Ils devront désormais composer avec les écologistes, qui grimpent de 52 à 69 sièges, grâce à leurs bons résultats en Allemagne et en France, et les Libéraux (Alde), dont le parti du président français Emmanuel Macron, qui obtiennent 109 sièges contre 69 actuellement.

'Groupe puissant' eurosceptique

En France justement, le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen a devancé de 0,9 point la liste soutenue Renaissance par le président Emmanuel Macron. Selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur, le mouvement d'extrême droite s'impose avec 23,31% des suffrages, en deçà de son score de 2014 (24,9%), contre 22,41% pour la liste pro-Macron.

Les deux listes obtiendront le même nombre (23) de députés élus au Parlement européen après la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Le RN a immédiatement appelé à la 'constitution d'un groupe puissant' au Parlement européen réunissant les formations eurosceptiques, des forces hétéroclites qui n'ont pas réussi par le passé à se fédérer.

Divergences de vues

Marine Le Pen espère, avec la Ligue de Matteo Salvini arrivée sans surprise en tête en Italie avec 34,3% des voix, fédérer une large alliance de partis nationalistes, eurosceptiques et populistes.

Difficile cependant d'envisager aujourd'hui un rapprochement avec le groupe populiste EFDD - où siège le Mouvement Cinq Etoiles italien et que devrait rallier le Parti du Brexit de Nigel Farage, grand vainqueur des élections au Royaume-Uni avec environ 32% des voix selon la BBC - tant leurs divergences sont parfois profondes.

Et même en additionnant les gains de ces groupes avec les 59 sièges du groupe ECR (tories britanniques et Polonais au pouvoir du PiS, crédités d'une large victoire devant une alliance de partis d'opposition), l'extrême droite, les eurosceptiques et les europhobes restent, avec 171 sièges, loin de la majorité au Parlement européen (376). Les partis d'extrême gauche passent pour leur part de 52 à 38 sièges.

Elections anticipées en Grèce

'La vague de partis nationalistes et eurosceptiques est très contenue, si on met de côté le RN et la Ligue', estime Eric Maurice, analyste à la Fondation Robert Schuman.

En Hongrie, le dirigeant populiste hongrois Viktor Orban a largement remporté l'élection européenne dans son pays. En Autriche, le parti conservateur du chancelier autrichien Sebastian Kurz est arrivé largement en tête, devant les sociaux-démocrates et le parti d'extrême droite FPÖ, touché par l''Ibizagate'. Mais M. Kurz devrait être démis ce lundi suite au vote d'une motion de censure.

En Espagne, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez est le seul socialiste à sortir grand vainqueur du scrutin dans un grand pays de l'UE.

En Grèce, le parti Syriza (gauche radicale) a été devancé de plus de 8 points par le principal parti d'opposition de droite, la Nouvelle Démocratie. Conséquence: le premier ministre Alexis Tsipras a annoncé qu'il convoquerait des élections anticipées.

'Vague verte'

Les élections européennes ont également été marquées par les bons résultats des écologistes, qui espèrent devenir un interlocuteur indispensable dans ce paysage politique plus fragmenté que jamais.

Ils finissent, en France, à une inattendue troisième place avec 13,4% des voix. Ce résultat fait écho au score enregistré en Allemagne par les Verts, deuxièmes du scrutin, selon les sondages, juste derrière les conservateurs d'Angela Merkel, qui enregistrent un plus bas historique avec 28,6%. 'Une grande victoire !', s'est réjouie la tête de liste des écologistes au Parlement européen, l'Allemande Ska Keller.

Participation en hausse

Si le taux de participation à ces élections reste inférieur à celui des scrutins nationaux, il atteint cependant, avec 50,5%, son niveau le plus élevé depuis vingt ans, selon le Parlement européen. Cette mobilisation marque un coup d'arrêt à l'érosion continue qui caractérise les européennes depuis 1979.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus