Guterres et Erdogan rencontrent Zelensky

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres doit rencontrer jeudi les présidents ...
Guterres et Erdogan rencontrent Zelensky

Guterres et Erdogan rencontrent Zelensky

Photo: KEYSTONE/AP/Andrii Marienko

Le secrétaire général de l'ONU a averti jeudi que tout dégât à la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine serait un 'suicide'. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui dit craindre un 'nouveau Tchernobyl', lors d'une rencontre à Lviv avec Volodymyr Zelensky.

'Nous devons dire les choses telles qu'elles sont: tout dégât potentiel à Zaporijjia serait un suicide', a déclaré Antonio Guterres, appelant une nouvelle fois à 'démilitariser' la centrale, occupée par l'armée russe.

Se disant 'gravement préoccupé' par la situation dans la plus grande centrale nucléaire d'Europe, il a appelé à ne pas l'utiliser 'pour quelque opération militaire que ce soit'.

Erdogan dit soutenir Kiev

De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé le soutien de la Turquie à l'Ukraine et s'est alarmé du danger d'un 'nouveau Tchernobyl', en référence au plus important accident nucléaire civil.

Le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl avait explosé le 26 avril 1986, dégageant un nuage radioactif qui s'est propagé sur toute l'Europe.

Occupée depuis début mars, cette centrale dans le sud du pays est la proie depuis fin juillet de bombardements dont Moscou et Kiev s'accusent mutuellement.

Le président ukrainien a estimé que la visite à Lviv de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan était un 'message puissant de soutien' pour son pays.

Retrait russe, préalable à des pourparlers

Il a exclu toute négociation de paix avec Moscou sans le retrait préalable des troupes russes du territoire de l'Ukraine.

'Des gens qui tuent, violent, frappent nos villes civiles avec des missiles de croisière chaque jour ne peuvent pas vouloir la paix. Ils devraient d'abord quitter notre territoire, ensuite on verra', a déclaré M. Zelensky lors d'une conférence de presse à Lviv, disant 'ne pas faire confiance à la Russie'.

Pas d''armes lourdes' autour de Zaporijjia

Dans la matinée, l'armée russe a assuré n'avoir pas déployé d''armes lourdes' dans et autour de la centrale de Zaporijjia, contrairement à ce qu'affirme Kiev.

L'Ukraine reproche également à la Russie d'utiliser la centrale comme base de tir sur les positions ukrainiennes, ce que Moscou dément.

A l'inverse, la Russie dit que les militaires ukrainiens veulent tirer avec leur artillerie sur la centrale pour ensuite l'accuser d'avoir causé un accident nucléaire.

De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a annoncé sur Twitter que le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, lui a dit être 'prêt' à se rendre à la centrale à la tête d'une délégation. La veille, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, avait jugé 'urgent' une telle inspection de l'AIEA.

Combats meurtriers

Les combats se poursuivent pendant ce temps dans la région de Kharkiv (nord-est), où les Ukrainiens ont accusé les Russes d'avoir bombardé des quartiers d'habitation, y faisant six morts jeudi, après 13 la veille au soir, et des dizaines de blessés au total.

Située à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe, cette cité, la deuxième plus grande d'Ukraine, est régulièrement pilonnée par les soldats russes, qui n'ont jamais réussi à s'en emparer. Des centaines de civils ont été tués dans cette région, selon les autorités.

Dans le sud, une personne est morte et deux autres ont été blessées après une frappe à Mykolaïv, a annoncé son maire, Oleksandr Senkevytch.

Nouveaux appareillages

La rencontre Zelensky-Erdogan-Guterres intervient sur fond de multiplication des tractations pour permettre la reprise des exportations de céréales d'Ukraine, un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux.

M. Guterres a promis jeudi que son organisation allait s'efforcer 'd'intensifier' les exportations de céréales ukrainiennes avant l'arrivée de l'hiver, celles-ci étant cruciales pour l'approvisionnement alimentaire de nombreux pays d'Afrique.

Elles ont été bloquées pendant plusieurs mois à la suite de l'invasion russe, faisant planer le spectre d'une crise alimentaire mondiale.

En juillet, un accord signé par la Russie et l'Ukraine et validé par les Nations unies et la Turquie, a permis de reprendre ces exportations. M. Erdogan, qui se pose en médiateur sur ce sujet, est allé début août en parler en Russie avec Vladimir Poutine.

Céréales ukrainiennes volées

Un premier navire humanitaire affrété par l'ONU, chargé de 23'000 tonnes de blé, a quitté mardi l'Ukraine, en direction de l'Ethiopie.

Jeudi, un bâtiment chargé de céréales a appareillé, le 25e depuis la signature de l'accord, ont annoncé les autorités portuaires ukrainiennes.

Au total, 'plus de 600'000 tonnes de produits agricoles ukrainiens' ont depuis transité par le 'corridor céréalier' à partir des ports d'Odessa, de Pivdenny et de Tchornomorsk, ont-elles ajouté.

Un navire russe transportant des céréales ukrainiennes volées est toutefois arrivé en Syrie, a affirmé jeudi l'ambassade d'Ukraine au Liban, après que plusieurs céréaliers ont fait polémique en accostant dans le pays en guerre.

/ATS
 

Actualités suivantes