L'Arabie saoudite confirme que Khashoggi a été tué au consulat

L'Arabie saoudite a confirmé que Jamal Khashoggi, porté disparu après une visite au consulat ...
L'Arabie saoudite confirme que Khashoggi a été tué au consulat

Ryad admet que Jamal Khashoggi a été tué au consulat à Istanbul

Photo: KEYSTONE/AP Metafora Production

L'Arabie saoudite a reconnu samedi que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, porté disparu depuis le 2 octobre, a été tué à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul. Ryad a toutefois nié que le royaume wahhabite a ordonné son assassinat.

Selon les premiers résultats de l'enquête saoudienne, M. Khashoggi est mort à la suite d'une bagarre avec des personnes, qui l'ont rencontré dans le consulat. En déplacement électoral dans l'Arizona, le président américain Donald Trump a jugé que les explications saoudiennes étaient 'crédibles'.

'Encore une fois, il est tôt. Nous n'avons pas fini notre évaluation ou enquête, mais je pense qu'il s'agit d'un pas très important', a-t-il ajouté en allusion aux révélations saoudiennes. Le milliardaire républicain a encore dit ne pas vouloir que d'éventuelles sanctions contre Ryad affectent les contrats d'armements.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'est en revanche déclaré 'profondément troublé'. Il a appelé à une enquête 'approfondie et transparente'. L'Arabie saoudite avait jusqu'alors déclaré que le journaliste était ressorti du consulat saoudien à Istanbul peu après y être entré.

Salman pas au courant

Un représentant saoudien informé de l'avancée de l'enquête a affirmé qu'aucun ordre d'enlèvement ni d'assassinat n'avait été donné par le royaume. Le prince héritier Mohamed ben Salman ne savait pas qu'une opération spécifique serait menée au consulat saoudien d'Istanbul, a ajouté la même source.

Selon le parquet national saoudien, une dispute a éclaté entre Jamal Khashoggi et des personnes rencontrées dans le consulat saoudien à Istanbul, ce qui a conduit à son décès. Dix-huit ressortissants saoudiens ont été arrêtés pour le moment. L'enquête se poursuit, est-il ajouté dans le communiqué diffusé par la presse officielle saoudienne.

Jamal Khashoggi n'avait plus donné signe de vie depuis qu'il s'était rendu, le 2 octobre, au consulat saoudien à Istanbul pour obtenir des documents nécessaires à son mariage.

Le journal Yeni Safak, proche du pouvoir turc, a retranscrit mercredi des extraits d'un enregistrement audio indiquant, selon lui, que M. Khashoggi a été interrogé et torturé. Le journaliste a été tué en quelques minutes, a-t-il précisé, puis ses bourreaux l'ont décapité et démembré.

Deux responsables limogés

L'affaire de la disparition de M. Khashoggi a eu de telles répercussions dans le monde que le roi Salman s'est senti obligé d'intervenir directement, ont déclaré à Reuters cinq sources liées à la famille royale. Elle a aussi terni la réputation du prince héritier Mohamed ben Salman, surnommé 'MBS', soupçonné d'avoir fait assassiner M. Khashoggi.

Le roi Salman a ainsi ordonné la restructuration de la direction de l'agence générale du renseignement, a affirmé samedi l'agence officielle de presse SPA, précisant que cette restructuration s'effectuerait sous la supervision du prince héritier. Un haut responsable du renseignement et un conseiller à la cour ont été limogés.

Selon des sources proches des services de sécurité turcs, M. Khashoggi a été tué par une équipe d'une quinzaine de Saoudiens qui ont regagné le jour même leur pays. D'après le New York Times, qui s'appuie sur des témoignages et des documents, quatre de ces suspects font partie du personnel chargé de la sécurité de 'MBS'.

Malaise

Le malaise provoqué par la disparition du journaliste Jamal Khashoggi a gagné le milieu des affaires, poussant de nombreux dirigeants d'entreprises et de banques à annoncer leur retrait d'une conférence internationale sur l'investissement, qui aura lieu du 23 au 25 octobre à Ryad.

La police turque, qui recherche toujours le corps de M. Khashoggi, a procédé vendredi à des fouilles dans une forêt située aux abords d'Istanbul et dans une ville proche de la mer de Marmara, a-t-on appris auprès de responsables turcs. Les procureurs ont pour leur part interrogé une vingtaine d'employés turcs du consulat.

Un représentant saoudien a déclaré ne pas savoir où était le corps du journaliste tué, qui ne se trouve plus au consulat. Il a été donné à un 'opérateur local'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus