L'UE accroît son aide militaire, la Suède avance vers l'Otan

L'UE s'est engagée vendredi à apporter une aide supplémentaire d'un demi-milliard d'euros pour ...
L'UE accroît son aide militaire, la Suède avance vers l'Otan

Les autorités ukrainiennes ont affiché leur optimisme samedi, annonçant qu'elles repoussaient les offensives russes dans l'est, priorité de Moscou. Elles prédisent désormais la défaite russe en fin d'année.

Dans le sud de l'Ukraine, des négociations 'très difficiles' sont en cours sur le sort des derniers défenseurs de la stratégique ville portuaire de Marioupol, toujours intensément bombardée par les Russes selon Kiev. Les forces russes continuaient de frapper le Donbass, région stratégique de l'est que leurs partisans contrôlent en partie depuis 2014, et dont elles ont fait leur objectif principal depuis leur retrait des environs de Kiev fin mars.

Samedi matin, le ministère ukrainien de la Défense recensait une trentaine de bombardements en 24 heures dans la région de Lougansk, une des deux provinces du Donbass avec Donetsk. Vendredi soir, le gouverneur ukrainien de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, avait fait état de 'combats nourris' à la frontière avec la province de Donetsk. Selon lui, les Russes y ont essuyé de nombreuses pertes en matériel et en personnel.

Le ministère ukrainien de la Défense notait également samedi une situation difficile 'sur toute la ligne de front' à Donetsk, où des villes et villages sont privés d'électricité après des bombardements nocturnes. Mais les Russes ne parviennent pas à y faire de 'prise significative' en termes de villes ou de territoires, a estimé un responsable américain de la Défense sous couvert d'anonymat.

Selon lui, 'l'artillerie ukrainienne contrecarre (leurs efforts) pour gagner du terrain, y compris leurs efforts pour franchir la rivière Donets'. Dix attaques russes ont été repoussées en 24 heures autour de Donetsk et Lougansk, a indiqué samedi matin l'état-major ukrainien.

Ecole bombardée

Les Russes tentent notamment depuis trois semaines de franchir cette rivière devenue stratégique qui coule au nord de la ville de Bilogorivka, dans la région de Lougansk. Une école y a été bombardée il y a une semaine, une frappe que Kiev présente comme l'un des crimes les plus graves commis par les forces russes depuis le début de leur invasion de l'Ukraine le 24 février, avec 60 civils tués.

Plus au nord, dans la province de Kharkiv, les autorités ukrainiennes ont indiqué avoir lancé une 'contre-offensive' dans la région d'Izioum, un 'point chaud' d'où 'l'ennemi se replie' selon elles.

'Nos forces armées repoussent l'ennemi et des habitants commencent à rentrer chez eux', a déclaré Oleg Synegoubov, gouverneur provincial. Et d'appeler ceux qui avaient fui les combats à ne pas rentrer dans l'immédiat dans les zones libérées où, selon lui, 'l'ennemi a miné absolument tout: cours d'immeubles, forêts, bords de routes, même des lits d'enfants'.

'Tournant'

La situation s'est semble-t-il déjà renversée à Kharkiv, pourtant l'une des cibles prioritaires pour les Russes, mais qui se sont retirées de la ville, selon l'état-major ukrainien. 'La libération progressive de la région de Kharkiv prouve que nous ne laisserons personne à l'ennemi', a relevé vendredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son message quotidien, annonçant que la reprise de territoires tombés aux mains des Russes se poursuivait.

'A la date d'aujourd'hui, 1015 localités ont été libérées, soit six de plus dans les dernières 24 heures', a-t-il fait savoir. Ces annonces persuadent les Ukrainiens que la guerre est en train de tourner à leur avantage.

La guerre connaîtra un 'tournant' en août et la Russie sera défaite 'avant la fin de l'année', a prédit le chef du renseignement militaire ukrainien, Kyrylo Boudanov, dans un entretien à la chaîne britannique Sky News diffusé vendredi soir. A l'issue de cette guerre, 'nous rétablirons le pouvoir ukrainien dans tous les territoires que nous avons perdus' depuis 2014, 'y compris le Donbass et la Crimée', a-t-il assuré.

'Fenêtre d'opportunité réduite'

Selon l'Institut américain d'étude de la guerre (ISW), Vladimir Poutine 'entend probablement annexer le sud et l'est de l'Ukraine à la Fédération de Russie dans les prochains mois'. 'L'Ukraine et ses partenaires occidentaux ne disposent probablement que d'une fenêtre d'opportunité réduite pour appuyer une contre-offensive dans les territoires occupés avant' leur annexion, selon cet organisme.

Avec une pensée toute particulière pour le millier de combattants ukrainiens retranchés dans un labyrinthe de tunnels datant de l'ère soviétique sous l'usine sidérurgique Azovstal à Marioupol, une ville à 90% détruite par les bombardements russes. La vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk a évoqué des 'négociations avec l'ennemi (...) très difficiles'.

L'état-major ukrainien a précisé samedi que l'armée russe continuait de mener 'des frappes d'artillerie et aériennes de grande envergure' sur la zone. Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment Azov, une des formations ukrainiennes luttant à Azovstal, a lancé un appel à l'aide aux Etats-Unis 'pour évacuer nos blessés et (qu'ils) mobilisent tous les efforts pour aider à l'extraction de notre régiment'.

'Elargir les sanctions'

Dans ce contexte, l'Union européenne s'est engagée vendredi à apporter une aide supplémentaire d'un demi-milliard d'euros pour soutenir le combat de l'Ukraine, en le portant 'à 2 milliards d'euros au total'.

La recette est 'claire', a déclaré le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell à l'occasion d'une réunion du G7 à Wangels, dans l'extrême nord de l'Allemagne: il faut 'plus de la même chose', à savoir plus de sanctions économiques contre la Russie, plus de soutien à Kiev, et aussi 'continuer de travailler à isoler la Russie'.

Les 27 membres de l'Union européenne n'ont toujours pas réussi à se mettre d'accord pour arrêter progressivement leurs achats de pétrole russe, la Hongrie ayant jugé insuffisante la dérogation obtenue. Dans leur communiqué publié au terme de cette réunion de trois jours, les sept grandes puissances économiques (Allemagne, France, Italie, Canada, Etats-Unis, Japon et Royaume-Uni) ont indiqué vouloir 'accélérer les efforts' pour 'mettre un terme à la dépendance à l'énergie russe'.

Les pays du G7 ont promis 'd'élargir les sanctions' économiques visant Moscou à 'des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante' tout en exhortant la Chine à 'ne pas saper' ces mesures. Ils ont également indiqué qu'ils ne reconnaîtraient 'jamais' les frontières que la Russie veut imposer par la force en Ukraine, et appelé de nouveau le Bélarus, voisin de l'Ukraine et allié de Moscou, à 'cesser de faciliter l'intervention de la Russie et à respecter ses engagements internationaux'.

Montée de tensions

Samedi est également prévue à Berlin une rencontre informelle des ministres des Affaires étrangères de l'Otan au sujet de l'Ukraine.

Les exportations d'électricité de Russie vers la Finlande ont cessé durant la nuit de vendredi à samedi après une annonce en ce sens d'un fournisseur russe, a dit à l'AFP un responsable de l'opérateur du réseau électrique finlandais.

Cette annonce intervient sur fond d'une montée de tensions entre Moscou et Helsinki, qui a annoncé sa volonté d'adhérer 'sans délai' à l'Otan sous l'influence de l'offensive russe en Ukraine. L'annonce de la candidature finlandaise est attendue dimanche.

Le président finlandais Sauli Niinistö a appelé samedi Vladimir Poutine au sujet de cette candidature, une conversation où les deux hommes ont estimé important d''éviter les tensions', a annoncé Helsinki. La fin de la neutralité militaire de la Finlande serait une 'erreur', 'puisqu'il n'y a aucune menace à la sécurité de la Finlande', a cependant estimé Vladimir Poutine lors de cet entretien, selon le Kremlin.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus