Le chef de l'EI appelle à la destruction des villes des « mécréants »

Le chef de l'Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi a demandé à ses troupes de résister ...
Le chef de l'EI appelle à la destruction des villes des « mécréants »

Le chef de l'EI appelle à la destruction des villes des

Photo: Keystone

Le chef de l'Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi a demandé à ses troupes de résister à l'avancée de l'armée irakienne à Mossoul, deuxième ville d'Irak, dans un message audio diffusé jeudi. Il a également appelé à détruire les villes des 'mécréants'.

'Cette (...) guerre totale et le djihad que mène aujourd'hui l'Etat islamique ne fait qu'affermir notre foi, la volonté de Dieu et notre conviction selon laquelle tout ceci n'est qu'un prélude à la victoire', a assuré Baghdadi dans ce message, le premier qu'il adresse à ses partisans depuis le déclenchement de la bataille de Mossoul.

'Ne vous repliez pas', assène encore la voix, présentée comme celle de calife autoproclamé, dans le message audio diffusé par Al-Furqan, un média affilié à l'EI. 'Tenir ses positions dans l'honneur est mille fois plus aisé que de se replier dans la honte', explique encore Baghdadi.

Rumeurs sur sa santé

Dans sa harangue, il appelle 'tous les habitants de Ninive', la plaine où se trouve Mossoul, 'et particulièrement les combattants à se méfier de (leurs) faiblesses à l'heure d'affronter l'ennemi'.

Les rumeurs abondent sur l'état de santé d'Abou Bakr al-Baghdadi. Tant le lieu où il se trouve que ses éventuels déplacements sont flous.

L'une de ses rarissimes apparitions en public l'avait vu proclamer l'instauration d'un 'califat' d'une mosquée de Mossoul en juin 2014, qui englobait les territoires conquis en Irak et en Syrie voisine.

Mais la taille de ce 'califat' a fortement rétréci depuis. Les troupes irakiennes, épaulées par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, ont lancé une vaste offensive pour reprendre Mossoul à l'EI le 17 octobre.

Les troupes irakiennes sont entrées dans les faubourgs de la deuxième ville d'Irak, où, d'après des estimations américaines, se trouveraient entre 3000 et 5000 combattants de l'EI.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes