Le nouveau Premier ministre espagnol prévoit une tournée européenne

Le nouveau Premier ministre d'Espagne Pedro Sanchez a annoncé lundi qu'il entreprendrait des ...
Le nouveau Premier ministre espagnol prévoit une tournée européenne

Le nouveau Premier ministre espagnol prévoit une tournée européenne

Photo: KEYSTONE/EPA EFE/JUANJO MARTIN

Le nouveau Premier ministre d'Espagne Pedro Sanchez a annoncé lundi qu'il entreprendrait des déplacements en Europe. Il prévoit également de rencontrer rapidement le président indépendantiste de la région catalane.

Dans sa première interview télévisée depuis sa prise de fonctions le 2 juin, le dirigeant socialiste a aussi annoncé que sa première 'visite officielle' serait pour le Maroc, sans doute au second semestre. Rabat est traditionnellement la première destination de tout nouveau chef de gouvernement espagnol.

'Je vous annonce que je vais entreprendre une tournée de consultations (...) avec les collègues européens à Berlin, à Paris, et je le souhaite aussi au Portugal', pays lui aussi gouverné par des socialistes, a déclaré Pedro Sanchez. 'La première étape sera samedi avec le président de la République française (Emmanuel Macron) à Paris'.

M. Sanchez sera reçu au palais de l'Elysée pour un déjeuner suivi d'une conférence de presse, a précisé la présidence française.

Transferts des 'prisonniers politiques'

Au sujet du dossier catalan, il a annoncé qu'il allait rapidement rencontrer le président, indépendantiste, de la Généralité de Catalogne. Pedro Sanchez s'est aussi dit prêt lundi à transférer les dirigeants sécessionnistes catalans incarcérés et les détenus basques de l'ETA dans des prisons proches de chez eux. Il satisfait ainsi ainsi des demandes de partis de ces deux régions qui l'ont aidé à accéder au pouvoir.

Neuf dirigeants catalans sont en détention provisoire près de Madrid, à des centaines de kilomètres de chez eux, dans l'attente de leur procès pour leur rôle dans la tentative de sécession de cette riche région du nord de l'Espagne en octobre.

Pedro Sanchez a estimé 'raisonnable' qu'une fois l'instruction terminée, l'administration pénitentiaire 'transfère les prisonniers indépendantistes vers des prisons en Catalogne'. 'Entre autres pour qu'ils soient plus près de leurs familles et de leurs avocats parce que le droit à la défense doit pouvoir s'exercer', a-t-il expliqué.

Dissolution de l'ETA

Quant à la question du transfert des membres de l'organisation séparatiste armée ETA condamnés vers des prisons aux Pays basques, M. Sanchez a dit trouver 'évident qu'il faut aborder la question d'une autre manière, avec une politique pénitentiaire différente' après la dissolution en mai dernier de l'ETA qui a fait plus de 800 morts.

Seuls quatre membres de l'ETA sont détenus au Pays basque et 224 autres sont dispersés dans toute l'Espagne, certains en Andalousie à 1000 kilomètres de chez eux, selon Etxerat, une association qui regroupe des familles de détenus de l'ETA. Une cinquantaine sont prisonniers en France et un au Portugal.

Pas d'élections anticipées

Par ailleurs, le nouveau Premier ministre espagnol ne compte pas invoquer d'élections anticipées, contrairement à ce qui était attendu. Pedro Sanchez, qui a fait chuter fin mai son prédécesseur conservateur Mariano Rajoy au moyen d'une motion de censure, contrôle moins d'un quart des sièges au parlement.

'Mon ambition est d'aller jusqu'au terme du mandat et d'organiser les prochaines élections en 2020', a-t-il ainsi affirmé lors de cet entretien. dit Pedro Sanchez à la chaîne publique TVE, dans sa première interview depuis son investiture.

De la nomination d'un gouvernement majoritairement composé de femmes à l'accueil réservé aux migrants de l'Aquarius dont l'Italie ne voulait pas, ou encore à l'alignement des pensions de retraite sur l'inflation, Pedro Sanchez a pris des mesures fortes visant à asseoir son autorité et à séduire les électeurs de gauche.

/ATS
 

Actualités suivantes