Le patronat allemand satisfait de l'intégration des migrants

L'intégration du million de réfugiés arrivés en Allemagne depuis 2015 est à l'origine de tensions ...
Le patronat allemand satisfait de l'intégration des migrants

Le patronat allemand satisfait de l'intégration des migrants

Photo: KEYSTONE/EPA/CARSTEN KOALL

L'intégration du million de réfugiés arrivés en Allemagne depuis 2015 est à l'origine de tensions politiques récurrentes dans le pays. Elle se déroule dans la réalité mieux que prévu, a indiqué vendredi le patronat.

'Je suis moi-même surpris que cela aille si vite', a affirmé le dirigeant de la fédération des patrons allemands BDA, Ingo Kramer dans une interview au quotidien régional Augsburger Allgemeine. 'Sur les plus d'un million qui sont arrivés en particulier depuis 2015, 400'000 d'entre eux suivent une formation par alternance ou ont décroché un emploi', a-t-il ajouté. 'Oui nous réussissons l'intégration', a-t-il assuré.

En raison du manque de main d'oeuvre, particulièrement criant dans certains secteurs comme les soins aux personnes âgées par exemple, les chefs d'entreprise allemands ne cessent de plaider en faveur d'une politique d'immigration plus soutenue. 'Dans les petites et moyennes entreprises avant tout nous sommes à la recherche de salariés', a encore indiqué M. Kramer.

Ne pas 'avoir peur de l'immigration'

'La plupart des jeunes migrants parlent si bien l'allemand après un an de leçons qu'ils peuvent suivre des cours dans une école d'apprentissage', a assuré le patron du BDA. 'Nous ne devons pas avoir peur de l'immigration mais nous devons considérer les gens qui viennent chez nous et y travaillent comme un enrichissement', selon lui.

L'agence fédérale pour l'emploi a elle aussi tiré un bilan plutôt positif de l'arrivée des réfugiés, en particulier pour les jeunes qui sont 30'000 à avoir rejoint une formation. En novembre, 177'000 réfugiés étaient enregistrés comme sans emploi.

Les patrons allemands se plaignent régulièrement que certains de leurs salariés ou jeunes en apprentissage sont expulsés en raison du tour de vis donné par le gouvernement d'Angela Merkel en matière d'immigration.

Dans son rapport annuel publié au début du mois, l'Institut allemand des droits de l'Homme a néanmoins fustigé le fait que les étrangers sont régulièrement sous-payés, employés sans contrat de travail ou tenu de faire des heures supplémentaires non rémunérées.

/ATS
 

Actualités suivantes