Le tireur des mosquées doit subir la loi dans « toute sa rigueur »

La première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a annoncé mardi que le nom de l'auteur ...
Le tireur des mosquées doit subir la loi dans « toute sa rigueur »

Le tireur des mosquées doit subir la loi dans

Photo: KEYSTONE/EPA AAP/BORIS JANCIC

La première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a annoncé mardi que l'auteur de l'attaque terroriste meurtrière contre deux mosquées tomberait sous le coup de la loi la plus stricte. Elle a promis dans la foulée de ne jamais prononcer son nom.

'Par cet acte terroriste, il recherchait beaucoup de choses, mais l'une d'elles était la notoriété. C'est pourquoi vous ne m'entendrez jamais prononcer son nom', a-t-elle déclaré lors d'une session extraordinaire du Parlement, qu'elle a ouverte avec l'expression arabe de bienvenu 'Salam aleikum' ('la paix soit avec toi', en français).

'Je vous implore: prononcez les noms de ceux qui ne sont plus plutôt que celui de l'homme qui les a emportés', a-t-elle ajouté dans son discours empreint d'émotion. 'C'est un terroriste. C'est un criminel. C'est un extrémiste. Mais quand je parlerai, il sera sans nom'.

Cinquante fidèles ont été tués vendredi à l'heure de la prière à Christchurch dans l'île du sud par un suprémaciste blanc, qui a diffusé en direct les images de son attaque et publié au préalable un 'manifeste' raciste. L'extrémiste australien, âgé de 28 ans, a été inculpé pour l'heure d'un chef de meurtre.

Durcissement de la loi sur les armes

Mais Mme Ardern a assuré aux parlementaires que la justice n'en resterait pas là. 'Il fera face à la loi dans toute sa rigueur', a-t-elle lancé.

Le chef du gouvernement a déjà annoncé un durcissement de la législation sur les armes, qui a permis au tueur d'acheter l'arsenal ayant servi à l'attaque, y compris des armes semi-automatiques.

Elle a également répété qu'une enquête serait ouverte afin de déterminer comment l'Australien avait pu planifier et mener ses attaques en Nouvelle-Zélande au nez et à la barbe des services de sécurité.

'La personne qui a commis ces actes n'était pas d'ici. Il n'a pas été éduqué ici. Il n'a pas trouvé son idéologie ici. Mais ce n'est pas pour cela que l'on peut dire que ses vues n'existent pas ici', a-t-elle dit.

L'enquête devra déterminer 'ce que les agences savaient, ou auraient dû savoir, ce qu'elles pouvaient savoir sur cet individu et ses activités, y compris son accès aux armes et si elles auraient pu empêcher l'attaque', a-t-elle expliqué.

Elle examinera aussi 'les mouvements de l'individu, ses allées et venues en Nouvelle-Zélande et à l'international, ses activités en Nouvelle-Zélande, son utilisation des réseaux sociaux et ses relations avec autrui'.

/ATS
 

Actualités suivantes