Les Palestiniens acceptent un cessez-le-feu à Gaza

Les chefs palestiniens à Gaza ont accepté une trêve avec Israël tôt lundi après une escalade ...
Les Palestiniens acceptent un cessez-le-feu à Gaza

Retour au calme à Gaza après une escalade meurtrière avec Israël

Photo: KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER

Le calme est revenu lundi dans la bande de Gaza à la faveur d'un cessez-le-feu annoncé par les Palestiniens après le plus grave accès de violence avec Israël depuis des années. Il ne semble toutefois pas y avoir de règlement à long terme en vue.

Les Palestiniens ont accepté un cessez-le-feu entré en vigueur avant le lever du jour, en ce début de ramadan, ont indiqué deux responsables palestiniens et un égyptien. Après deux jours d'une escalade ayant tué 25 civils et combattants dans la bande de Gaza et quatre civils en Israël, les tirs de l'enclave palestinienne sous blocus et les représailles israéliennes ont effectivement cessé à l'heure du cessez-le-feu, a rapporté un journaliste de l'AFP à Gaza.

L'armée israélienne a annoncé la levée de toutes les restrictions imposées aux populations civiles israéliennes voisines de Gaza. Sans confirmer une trêve, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est contenté d'un bref communiqué pour dire que 'la campagne n'est pas terminée et réclame de la patience, du sang-froid et de la réflexion'.

Le Hamas et le Jihad islamique, principales forces de la bande de Gaza, ont été frappés 'avec une grande force' et Israël est 'prêt à continuer', a-t-il dit.

Allégement du blocus

L'Egypte, pays voisin et intermédiaire traditionnel à Gaza, a forgé un accord de cessation des hostilités entré en vigueur à 04h30 (03h30 suisses), ont dit sous couvert d'anonymat un responsable du Hamas et un autre du Jihad islamique. L'accord a été confirmé par un responsable égyptien.

L'enclave palestinienne et les villes israéliennes voisines ont été le théâtre pendant deux jours de la plus grave flambée de violences depuis la guerre de 2014. Cela a fait redouter un quatrième conflit en onze ans dans l'enclave.

L'accord trouvé dans la nuit, comme de précédents conclus après de multiples épisodes de violence, vise à un allégement du blocus strict qu'Israël impose à l'enclave palestinienne depuis plus de dix ans, a dit le responsable du Jihad islamique. Israël justifie le blocus par la nécessité de contenir le Hamas, qui refuse son existence.

690 roquettes, 350 raids

L'accord prévoit des mesures quant à l'étendue des zones de pêche gazaouies en Méditerranée autorisée par Israël, ainsi qu'une amélioration de l'approvisionnement en électricité et en combustible, des préoccupations primordiales dans l'étroite enclave de deux millions d'habitants durement éprouvés par les guerres, la pauvreté et la réclusion, a-t-il dit.

Quelque 690 roquettes ont été tirées depuis samedi de Gaza, dont plus de 500 ont atteint le territoire israélien, et au moins 35 sont tombées dans des zones urbaines, selon un décompte de l'armée israélienne.

Les civils israéliens tués sont les premiers à mourir sous les roquettes palestiniennes depuis la guerre de 2014, selon au moins deux officiels israéliens. L'aviation et l'artillerie israéliennes ont en retour frappé plus de 350 objectifs du Hamas et du Jihad islamique à travers la bande de Gaza, visant des combattants des groupes armés et des installations militaires ou sécuritaires.

'Profonde préoccupation' de la Suisse

Au moins neuf des Palestiniens tués ont été identifiés comme des combattants du Hamas et du Jihad islamique. Deux Palestiniennes enceintes et deux bébés comptent aussi au nombre des personnes tuées, selon les informations du ministère gazaoui de la Santé relevant du Hamas.

La Suisse a salué lundi 'le cessez-le-feu atteint par les parties'. Dans un communiqué du Département des affaires étrangères (DFAE), elle a exprimé 'sa profonde préoccupation face à l'escalade de violence' et appelle au respect strict du droit international, en particulier humanitaire. Berne rappelle que le 'conflit israélo-palestinien ne peut être résolu par les moyens militaires'.

La bande de Gaza est en proie aux poussées de fièvre répétées, en l'absence de toute reconnaissance d'Israël par le Hamas et de tout horizon politique pour un règlement du conflit israélo-palestinien. Depuis des mois, l'Egypte et l'ONU s'emploient régulièrement à éteindre les incendies.

/ATS
 

Actualités suivantes