Les visas de la famille de l'ambassadeur de l'OLP révoqués

L'ambassadeur de l'Organisation de libération de la Palestine aux Etats-Unis a annoncé dimanche ...
Les visas de la famille de l'ambassadeur de l'OLP révoqués

Les visas de la famille de l'ambassadeur de l'OLP révoqués

Photo: KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

L'ambassadeur de l'Organisation de libération de la Palestine aux Etats-Unis a annoncé dimanche que les visas accordés à sa famille avaient été révoqués. Un dernier signe de la détérioration des relations entre l'administration Trump et les dirigeants palestiniens.

Les Etats-Unis ont annoncé lundi dernier leur intention de fermer la représentation de l'OLP à Washington. Ils avaient auparavant annoncé l'arrêt de leurs versements à l'UNRWA, l'agence des Nations unies qui vient en aide aux réfugiés palestiniens.

L'ambassadeur, Houssam Zomlot, a précisé que son épouse et ses deux jeunes enfants avaient quitté les Etats-Unis après avoir été informés que leurs visas expiraient avec la fermeture de la représentation, le mois prochain. Les visas devaient à l'origine expirer en 2020. L'OLP a fustigé une action 'malveillante'.

'Comme si l'annonce de la fermeture de nos bureaux à Washington n'était pas suffisante, cette action vindicative de l'administration Trump est malveillante', a déclaré Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l'OLP, dans un communiqué. 'Les Etats-Unis ont porté leurs tentatives de pression et de chantage sur les Palestiniens à un nouveau niveau', a-t-elle ajouté.

Statut d'immigration à changer

Deux employés de la représentation de l'OLP ont rencontré la semaine dernière le personnel du département d'Etat, à la demande de ces derniers, selon le récit de l'ambassadeur Zomlot.

'Le département d'Etat a informé nos collègues, dans le cadre des discussions sur la fermeture, que les visas de ma femme et de mes enfants dépendaient de la délégation de l'OLP et que, de ce fait, ils ne seraient donc pas valables après la fermeture du bureau et que, s'ils voulaient rester, ils devraient changer leur statut d'immigration', a déclaré Houssam Zomlot.

'Cela va à l'encontre des normes diplomatiques', a-t-il ajouté. 'Les enfants, les conjoints et la famille n'ont rien à voir avec les différends politiques.'

/ATS
 

Actualités suivantes