Mobilisation des réserves d'oxygène pour les malades du Covid-19

L'Indonésie fait face à une nouvelle vague de Covid-19 provoquée par le variant Delta. Le pays ...
Mobilisation des réserves d'oxygène pour les malades du Covid-19

Mobilisation des réserves d'oxygène pour les malades du Covid-19

Photo: KEYSTONE/EPA/HOTLI SIMANJUNTAK

L'Indonésie fait face à une nouvelle vague de Covid-19 provoquée par le variant Delta. Le pays a appelé lundi tous les fournisseurs d'oxygène à donner la priorité aux hôpitaux pris d'assaut par les malades atteints par le virus.

'Nous produisons suffisamment d'oxygène, mais la demande a été multipliée par trois ou quatre et donc il y a des goulets d'étranglement', a déclaré le ministre coordinateur Luhut Binsar Pandjaitan. Le pays pourrait avoir recours à l'importation si ces problèmes n'étaient pas surmontés rapidement, a-t-il ajouté.

Le quatrième pays le plus peuplé du monde, avec près de 270 millions d'habitants, a vu son nombre de cas quotidiens plus que quadrupler en moins d'un mois, avec 29'745 cas de contaminations enregistrés lundi au cours des dernières 24 heures. Les décès se sont élevés à 558.

L'industrie minière est également très gourmande en oxygène en Indonésie, pays riche en minerais. Une station de distribution d'oxygène a été mise en place dans le centre de Jakarta, tandis qu'un système de distribution par rickshaws fonctionne à Bandung, dans la province de Java occidental.

Au bord de l'asphyxie

Le système de santé du pays, débordé, est au bord de l'asphyxie. Les hôpitaux bondés refusent des patients, obligeant les familles désespérées à chercher de l'oxygène pour soigner les malades et les mourants à domicile.

Des centaines de postes de contrôle ont été mis en place, tandis que les mosquées, les parcs, les centres commerciaux et les restaurants ont été fermés dans la capitale, Jakarta, et dans la région de Java, durement touchée. Plus de 50'000 policiers et soldats ont été déployés pour faire respecter les restrictions.

Les règles s'appliquent également à Bali, où la police a patrouillé dans les restaurants de bord de mer fermés, après que l'île touristique a renoncé à s'ouvrir à nouveau aux touristes étrangers.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus