Moscou affirme avoir visé une réunion militaire à Vinnytsia

Moscou a affirmé vendredi avoir visé une réunion de commandement des forces ukrainiennes à ...
Moscou affirme avoir visé une réunion militaire à Vinnytsia

Moscou affirme avoir visé une réunion militaire à Vinnytsia

Photo: KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY

Moscou a affirmé vendredi avoir visé une réunion de commandement des forces ukrainiennes à Vinnytsia. Un bombardement russe dans cette ville du centre de l'Ukraine avait fait au moins 23 morts la veille.

A Vinnytsia, ville très éloignée des lignes de front, bien à l'ouest de la capitale Kiev, les images publiées par le service ukrainien des situations d'urgence montrent des dizaines de carcasses de voitures calcinées et un immeuble d'une dizaine d'étages ravagé par l'explosion et l'incendie ayant suivi les frappes russes de jeudi.

Selon l'armée ukrainienne, 'trois missiles' ont touché le parking et un immeuble commercial du centre de la ville, abritant des bureaux et de petits commerces.

'Cibles militaires'

Dans un communiqué, le ministère de la Défense russe affirme que des missiles tirés depuis la mer ont frappé la 'maison des officiers' de Vinnytsia alors que s'y tenait une réunion du 'commandement des forces aériennes ukrainiennes avec des représentants de fournisseurs étrangers d'armements'.

'Du fait de cette frappe, les participants à la réunion ont été éliminés', ajoute le ministère, qui n'a jamais reconnu de bavure ou crime de ses forces armées en Ukraine et assure systématiquement ne frapper que des cibles militaires.

23 morts

Le dernier bilan donné par les secours ukrainiens jeudi soir s'élève à 23 morts, 29 disparus, 71 personnes hospitalisées et plus d'une centaine de blessés soignés sur place.

Trois enfants figurent au nombre des tués qui n'est 'malheureusement pas' définitif, car 'des dizaines de personnes sont portées disparues' et il y a des personnes 'très gravement' blessées, a déclaré jeudi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

'Cette journée démontre une nouvelle fois que la Russie doit être reconnue officiellement comme un Etat terroriste', a-t-il ajouté. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a déclaré jeudi être 'atterré' par ce drame, et l'Union européenne a fustigé pour sa part le 'comportement barbare' de la Russie.

Or visé

L'UE compte d'ailleurs viser les exportations d'or russe dans son prochain train de sanctions, comme l'avaient décidé les pays du G7 fin juin, a annoncé vendredi Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne.

Selon lui, l'UE va aussi chercher 'à fermer les échappatoires' pour ceux qui contournent les précédents trains de sanctions décidés par les Européens contre la Russie, en raison de son invasion de l'Ukraine.

Mort d'un Britannique

Sur Telegram, Daria Morozova, une responsable séparatiste de la région de Donetsk, province du Donbass contrôlée en partie par l'armée russe et les sécessionnistes, a annoncé que le Britannique Paul Urey était mort en détention. 'Malgré la gravité de (ses) crimes, Paul Urey recevait une aide médicale adéquate. Malgré cela, au regard de son diagnostic et du stress, il est mort le 10 juillet', a-t-elle dit.

Après sa capture, la mère d'Urey avait indiqué que son fils était en mission humanitaire, qu'il souffrait de diabète et avait besoin d'insuline.

Sur le théâtre des opérations militaires, les autorités séparatistes de Donetsk ont fait état vendredi matin de quatre personnes tuées par des bombardements d'obus ukrainiens dans la zone sous leur contrôle en 24 heures.

Crise alimentaire

A Bali (Indonésie), les grands argentiers occidentaux ont dénoncé l'invasion russe de l'Ukraine qu'ils accusent d'avoir créé une 'onde de choc' dans l'économie mondiale, responsable de la crise alimentaire et énergétique qui frappe de nombreux pays.

'Il y a eu une très large dénonciation de la guerre et de ses conséquences' alors que 'la Russie a essayé de dire que la situation économique mondiale n'avait aucun rapport avec la guerre', a indiqué à l'AFP une source dans la délégation française.

A Moscou, le ministère de la Défense a indiqué qu'un 'document final' serait prêt sous peu pour permettre l'exportation de céréales d'Ukraine, après la séance de négociations ayant impliqué mercredi en Turquie Moscou, Kiev, Ankara et l'ONU.

Selon Ankara, une nouvelle rencontre doit avoir lieu la semaine prochaine sur cette question clef pour la sécurité alimentaire de nombreux pays, notamment en Afrique.

L'accord négocié par l'intermédiaire de l'ONU vise à faire sortir par la mer Noire quelque 20 millions de tonnes de céréales bloquées dans des silos ukrainiens à cause de l'offensive menée par la Russie en Ukraine. Il doit aussi faciliter les exportations russes de céréales et d'engrais, affectées par les sanctions occidentales qui frappent les chaînes logistiques et financières russes.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus