Nouvelles mesures en France, un Républicain évite la Maison Blanche

En France, les villes de Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Etienne passeront dès samedi en zone ...
Nouvelles mesures en France, un Républicain évite la Maison Blanche

Nouvelles mesures en France, un Républicain évite la Maison Blanche

Photo: KEYSTONE/EPA/ALEX EDELMAN

En France, les villes de Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Etienne passeront dès samedi en zone d'alerte maximale, selon une annonce du ministre de la santé Olivier Véran. Le chef des républicains au Sénat américain Mitch McConnell déclare qu'il évite la Maison Blanche.

Les quatre villes françaises rejoindront Paris, Aix-Marseille et l'île de la Guadeloupe, déjà dans ce cas. Pour Toulouse et Montpellier, 'nous nous donnons quelques jours', jusqu'à lundi matin, pour prendre éventuellement cette même décision, a ajouté Olivier Véran.

Ce classement en alerte maximale implique des mesures sanitaires renforcées, comme la fermeture des bars. Le ministre a d'autre part indiqué que Dijon et Clermont-Ferrand seraient placés à partir de samedi matin en alerte renforcée, un cran en-dessous.

L'agence régionale de santé (ARS) de Paris et ses communes limitrophes a déclenché jeudi matin le 'plan blanc renforcé'. Elle a demandé à tous les hôpitaux et cliniques de la région de 'mobiliser toutes leurs ressources' pour anticiper un 'afflux important' de nouveaux malades du Covid-19.

C'est 'une décision lourde' qui 'veut dire qu'on va prendre une marée très forte et qu'il faut mettre toutes les forces dans la bataille', a prévenu le directeur de l'ARS, Aurélien Rousseau. Ce dispositif de crise est synonyme de déprogrammation d'activités, de réaffectation des effectifs en interne, voire de rappel de personnels en congés si besoin.

La Maison Blanche évitée

Le puissant chef des républicains au Sénat américain, Mitch McConnell déclare qu'il évite la Maison Blanche depuis début août en raison de l'insuffisante prudence du gouvernement face au coronavirus. Il est pourtant un allié de Donald Trump.

Depuis que le président américain a été testé positif au Covid-19 il y a une semaine, le siège de l'exécutif américain apparaît comme un foyer de contamination important.

A Madrid, un tribunal a rejeté le bouclage partiel de la capitale espagnole et de neuf communes voisines imposé par les autorités. Il a jugé les mesures 'nuisibles aux droits fondamentaux' des 4,5 millions d'habitants concernés.

En Allemagne, les autorités s'alarment d'un bond 'préoccupant' des infections de Covid-19 et mettent en garde contre une 'propagation incontrôlée' du virus dans le pays, jusqu'ici moins touché que ses voisins. Pour la première fois depuis avril, l'Allemagne a dépassé les 4000 cas quotidiens.

Et en Russie, l'épidémie continue de rebondir avec plus de 11'400 nouvelles contaminations, niveau équivalent au pic de mai, le gouvernement n'évoquant toutefois pas de nouveau confinement. En un mois, le nombre quotidien de nouvelles contaminations a quasiment doublé.

Plus de 36,2 millions de cas

La pandémie a fait au moins 1'057'084 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi jeudi par l'AFP. Plus de 36,2 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 211'844 décès. Suivent le Brésil (148'228 morts), l'Inde (105'526 morts), le Mexique (82'726 morts), et le Royaume-Uni (42'515 morts).

La Commission européenne a conclu un accord avec le groupe pharmaceutique américain Gilead pour la fourniture de 500'000 doses de remdesivir, un antiviral autorisé dans l'Union européenne (UE) pour traiter les malades du Covid-19. Tous les pays de l'UE, les pays membres de l'Espace Economique Européen, le Royaume-Uni et six pays candidats (Albanie, Macédoine du Nord, Monténégro, Serbie, Kosovo et Bosnie-Herzégovine) bénéficient de ces achats.

EasyJet en souffrance

La compagnie aérienne britannique EasyJet subit la première perte annuelle de ses 25 ans d'histoire. Elle prévoit une perte avant impôts de 815 à 845 millions de livres (de 966 millions à un milliard de francs) pour l'exercice 2019-2020 achevé fin septembre.

Le nombre de passagers a lui chuté de 50% à 48 millions sur l'exercice. Comme ses concurrents, le groupe a déjà annoncé jusqu'à 4500 suppressions d'emplois, soit près du tiers de ses effectifs.

/ATS
 

Actualités suivantes