Procès des indépendantistes catalans: routes coupées pour protester

Voies de communication coupées, mouvement de grève et foule dans la rue: des milliers de Catalans ...
Procès des indépendantistes catalans: routes coupées pour protester

Procès des indépendantistes catalans: routes coupées pour protester

Photo: KEYSTONE/EPA EFE/MARTA PEREZ

Voies de communication coupées, mouvement de grève et foule dans la rue: des milliers de Catalans ont protesté jeudi contre le procès de douze de leurs dirigeants pour la tentative de faire sécession de l'Espagne en 2017.

D'après les services du trafic de la région, des indépendantistes ont coupé une vingtaine de routes, notamment l'autoroute A7 qui relie l'Espagne à la France, et l'A2 entre Barcelone et Madrid, ainsi que les principaux accès à la métropole catalane. Les militants ont aussi bloqué la circulation de trains en occupant les voies sur deux lignes, selon la régie des chemins de fer.

La grève a été convoquée par le petit syndicat indépendantiste CSJ. Elle est appuyée par les partis et les associations indépendantistes mais pas par les syndicats majoritaires. Sans formellement appeler à la grève, le gouvernement régional, séparatiste, a annulé pour sa part toutes les activités prévues jeudi. Le patronat a dénoncé le mouvement comme une grève politique, interdite en Espagne.

Les revendications sont toutefois d'ordre judiciaire, affirment les grévistes. Le procès de douze dirigeants séparatistes contre lequel ils protestent s'est ouvert la semaine dernière à la Cour suprême à Madrid. Ils comparaissent pour leur rôle dans l'organisation d'un referendum d'autodétermination, interdit par la justice, et la proclamation d'indépendance qui l'a suivie, en octobre 2017.

Le parquet les accuse de rébellion, malversation et désobéissance à la justice. Il a requis contre eux des peines allant de sept à 25 ans de prison dans le cas de l'ancien vice-président de la région Oriol Junqueras.

Le président Carles Puigdemont, qui a fui en Belgique, ne fait pas partie des accusés à ce procès. L'Espagne ne juge en effet pas par contumace les délits les plus graves.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus