RDC: pas d'accord de sortie de crise après une nuit de négociations

L'opposition et le parti au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC) ont interrompu ...
RDC: pas d'accord de sortie de crise après une nuit de négociations

RDC: pas d'accord de sortie de crise après une nuit de négociations

Photo: Keystone

L'opposition et le parti au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC) ont interrompu samedi leurs discussions. Ils approchent toutefois d'un accord sur le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila jusqu'à la fin 2017 en échange d'élections.

Une pause a été annoncée à 05h30 du matin après douze heures de négociations sous l'égide des évêques catholiques assurant la médiation de ces pourparlers. Les discussions devraient reprendre à 11h00, ont indiqué les participants.

'Les travaux sont pratiquement finis, il nous reste le toilettage puis la signature de l'accord', a déclaré Mgr Marcel Utembi, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) après la levée de la séance. 'Nous avons travaillé toute la nuit, le gros du travail est accompli'.

Les grandes lignes sont fixées

Cet optimisme était loin d'être partagé, et le flou régnait sur la suite du programme des négociations. 'Tout bloque encore sur (la question de) la gestion (des affaires publiques) pendant la période de transition', a déclaré François Muamba, délégué de l'opposition. 'Il n'y a pas d'accord jusque-là', a confirmé Madeleine Kalala, représentante de la société civile dans la délégation du pouvoir.

Selon les grandes lignes de l'accord qui semblaient avoir été convenues jeudi soir, le texte en gestation prévoit l'instauration d'une période de transition politique permettant à M. Kabila de rester au pouvoir jusqu'à l'élection de son successeur, à l'issue d'un scrutin qui devra être tenu 'fin 2017'.

Le mandat de Joseph Kabila a expiré lundi dernier à minuit. La Constitution lui interdit un troisième mandat. Les autorités de Kinshasa ont repoussé jusqu'en avril 2018 l'élection destinée à désigner son successeur, initialement prévue en novembre, officiellement pour des raisons logistiques et financières.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes