Recueillement et contestation aux funérailles nationales d'Abe

Des milliers de Japonais rendaient mardi matin un dernier hommage à leur ancien Premier ministre ...
Recueillement et contestation aux funérailles nationales d'Abe

Chassé-croisé de pro et anti-Abe en marge de ses funérailles

Photo: KEYSTONE/AP/Nicolas Datiche

'Bienfaiteur' du Japon pour les uns, 'fasciste' pour les autres: partisans et détracteurs de l'ancien Premier ministre assassiné Shinzo Abe ont étalé leurs divisions mardi à Tokyo en marge de ses funérailles nationales qui étaient censées être un moment d'union.

Des milliers de Japonais ordinaires et de tous âges ont afflué tôt mardi matin aux abords du Nippon Budokan, haut lieu de compétitions d'arts martiaux, de concerts et de cérémonies officielles en plein coeur de la capitale où les funérailles nationales étaient organisées.

Calmement, les uns après les autres, ils ont déposé des gerbes de fleurs et se sont brièvement recueillis devant un portrait d'Abe installé sous une tente dressée pour l'occasion près du Budokan.

'Détermination sans faille'

'Je ne crois pas que le Japon aura un jour un meilleur leader' que lui, a déclaré à l'AFP Yoshiko Yokota, 48 ans, se souvenant avec émotion de sa rencontre avec Abe dans un restaurant où elle assurait le service: 'bien que je ne sois qu'une personne ordinaire, Abe m'a regardée dans les yeux et m'a dit +merci+'.

'Avant Abe, le Japon a souffert pendant des années d'indécision politique' a estimé Tomoya Kagawa, un ouvrier du BTP âgé de 37 ans venu de la grande banlieue de Tokyo pour rendre hommage à l'ancien Premier ministre, dont il appréciait précisément la 'détermination sans faille'.

'Il a apporté de grandes contributions au Japon', a-t-il ajouté, citant la conclusion d'accords de libre-échange et le renforcement de l'alliance avec les Etats-Unis.

Bilan controversé

Shinzo Abe a battu le record de longévité d'un Premier ministre au Japon (plus de huit ans et demi étalés entre 2006-2007 et 2012-2020).

Il s'était fait connaître à l'étranger par sa politique de relance budgétaire et monétaire massive surnommée les 'Abenomics' - dont les résultats sont toutefois mitigés - et par une intense activité diplomatique.

Mais au Japon, il était aussi haï par beaucoup pour son discours nationaliste, sa volonté de réviser la Constitution pacifiste et de nombreuses affaires de clientélisme impliquant son entourage.

Loin de faire de lui un martyr, son assassinat le 8 juillet dernier en plein meeting électoral à Nara (Ouest du Japon) a encore davantage terni son image auprès de ses détracteurs.

Car son assassin présumé ciblait à travers lui l'Eglise de l'Unification, surnommée la 'secte Moon', une organisation religieuse controversée qui cultivait des liens avec de nombreux élus du Parti libéral-démocrate au pouvoir (PLD, droite), dont Abe a longtemps été le président.

Environ 60% des Japonais interrogés lors de derniers sondages étaient contre ces funérailles nationales, devenues rarissimes au Japon pour d'anciens responsables politiques depuis l'après-guerre.

L'opposition parlementaire a critiqué un choix unilatéral du Premier ministre actuel Fumio Kishida, dont Abe était le mentor, d'autres ont aussi été irrités par la facture salée de la cérémonie (l'équivalent de 12 millions d'euros).

'Restaurez la démocratie!'

'Ne pleurons jamais ce fasciste d'Abe', pouvait-on ainsi lire mardi sur la pancarte d'un opposant à la cérémonie qui a rassemblé au Budokan quelque 4300 participants, dont 700 dignitaires étrangers du monde entier.

Quelques milliers de personnes ont manifesté devant le Parlement japonais pendant que les funérailles nationales se tenaient quelques kilomètres plus loin.

'Je trouve simplement que c'est impardonnable que tant d'argent du contribuable soit dépensé' pour cela, s'est indignée Kanako Harada, une réalisatrice indépendante âgée de 37 ans.

'Je m'oppose aux funérailles nationales parce que le gouvernement les a imposées sans écouter les gens' et donc sans respecter la Constitution, a déclaré à l'AFP Toshiro Inoue, 71 ans, venu de Yokohama (au sud-ouest de Tokyo) pour participer à la manifestation.

Les diverses affaires politico-financières autour d'Abe et du PLD sous sa présidence ont aussi 'normalisé le fait pour un responsable politique de mentir avec impunité', a également estimé M. Inoue.

Alors qu'une minute de silence était observée au Budokan, les protestataires ont crié à l'unisson: 'ne nous imposez pas le silence! Annulez les funérailles nationales! Restaurez la démocratie!'

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus