Reprise des négociations entre le pouvoir colombien et l'ELN

Le gouvernement colombien et l'Armée de libération nationale (ELN) ont repris samedi à Caracas ...
Reprise des négociations entre le pouvoir colombien et l'ELN

Reprise des négociations entre le pouvoir colombien et l'ELN

Photo: KEYSTONE/EPA/Rayner Pena R.

Le gouvernement colombien et l'Armée de libération nationale (ELN) ont repris samedi à Caracas les négociations de paix, ont confirmé les deux parties dimanche. Celles-ci étaient gelées en raison notamment d'affrontements entre la guérilla et d'autres groupes armés.

'Les deux délégations de paix ont commencé à discuter à Caracas hier (samedi)', a déclaré la délégation de l'administration du président combien Gustavo Petro sur le réseau social X. 'Le travail continue. Les travaux se poursuivent', a ajouté la délégation.

Les deux parties 'ont discuté des propositions de participation qui alimentent une vision commune de la paix, autour du régime politique, de la situation environnementale et du modèle économique', a quant à elle posté la représentation de la guérilla de gauche.

L'ELN avait confirmé le 6 avril la suspension formelle du cycle de négociations qu'elle menait avec le gouvernement depuis novembre 2022 au Venezuela, à Cuba et au Mexique, alors que des pourparlers devaient commencer lundi dernier. Elle avait demandé à ce que la rencontre de cette semaine soit considérée comme 'une réunion extraordinaire'.

'Volonté' de soutenir les négociations

La guérilla a accusé le gouvernement d'avoir une 'double politique de paix', estimant que le dialogue est dans un 'état critique'. La délégation de paix du gouvernement colombien avait souligné 'la tragédie humanitaire préoccupante dans l'Arauca', département colombien à la frontière avec le Venezuela, où ont lieu des affrontements. Elle disait espérer 'trouver une solution pour mettre fin à la violence entre les acteurs, qui affecte avant tout des civils non armés'.

Mardi, après une réunion avec le président Gustavo Petro à Caracas, le président vénézuélien Nicolas Maduro a redit la 'volonté' de son pays de soutenir les négociations. Dans une déclaration commune, les deux dirigeants ont réaffirmé 'l'engagement mutuel à soutenir la paix'.

Processus perturbé

Ces derniers mois, le processus a été perturbé par des 'grèves armées' - les rebelles ordonnent aux habitants de s'enfermer chez eux -, l'enlèvement du père du footballeur de Liverpool Luis Diaz, ainsi que des affrontements entre différents groupes.

Selon les renseignements militaires colombiens, l'ELN est composée de quelque 5800 combattants avec un vaste réseau de collaborateurs. Malgré un commandement central, ses fronts sont autonomes sur le plan militaire, ce qui, selon les experts, rend les négociations difficiles.

M. Petro, premier président de gauche de Colombie et lui-même ancien guérillero, mise sur une solution globale négociée après six décennies de violence. En 2016, un accord de paix historique a abouti au désarmement de la plus grande partie des FARC.

/ATS
 

Actualités suivantes